Tous les héros s’appellent Phénix – Nastasia Rugani

Ne rien dire pour ne pas que cela devienne réel.

Les premiers mots

La nuit est tombée si vite que je n’ai pas eu le temps de trouver les fissures sur le pneu du vélo de ma soeur. N’ayant ni lampe torche ni rustine, nous allons devoir poursuivre la route à pied jusqu’à la maison, qui se situe à près d’une heure et demie de l’orée du bois sombre où nous nous trouvons.

Ces deux-là s’aiment d’un amour inconditionnel et sont tout l’une pour l’autre. Phénix et Sacha, deux sœurs que rien ne peut séparer. Depuis que leur père est parti sans ne donner aucune nouvelle, elles doivent subvenir à leurs besoins sans grande aide de la part de leur mère.
Quand celle-ci tombe sous le charme du professeur de Phénix, elle lui fait une place tout particulière auprès de ses filles. Cet homme merveilleux réunit toutes les qualités que les sœurs aiment tant chez les gens, c’est donc sans crainte qu’elles le laissent entrer chez elles. Petit à petit, des comportements étranges de sa part apparaissent et commencent à inquiéter Phénix. Cet homme si charmant ne le serait peut-être pas tant que ça.

J’angoisse chaque jour un peu plus de me retrouver seule avec lui. A vrai dire, il me terrifie. Je n’y peux rien, la moindre particule d’air que je respire – avec difficulté – est imprégnée de peur, une peur qui m’affaiblit.

Ce deuxième roman lu de Nastasia Rugani confirme que cette autrice a un don pour décrire des adolescentes hors du commun. Milly m’avait déjà émue aux larmes et Phénix se hisse au même rang. Ce roman qui commence de la plus belle des façons avec cet homme salvateur tend à se noircir pour vous envelopper dans une atmosphère suffocante. La violence sourde, des menaces de plus de plus en fréquentes et c’est le monde des deux filles qui se détériore et nous assistons à leur descente en enfer. Mais c’est sans compter le courage exemplaire de Phénix qui n’hésite pas à sortir les crocs.
J’ai une légère réserve sur la fin mais je n’ai pas envie d’en tenir rigueur.

Phénix et Sacha sont le genre de personnages qu’on n’oublie pas, tellement leurs descriptions en font des êtres de chair et non plus de papier.

– Tous les héros s’appellent Phénix de Nastasia Rugani, Editions l’Ecole des loisirs, Collection Médium Poche, 2016, 270 pages –

Publicités

13 réflexions sur “Tous les héros s’appellent Phénix – Nastasia Rugani

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s