George– Alex Gino

Un jour, il faudrait bien qu’elle dise à maman qu’elle était une fille. Mais ce jour n’était pas encore arrivé.

Les premiers mots

George sortit une clé argentée de la plus petite poche d’un grand sac à dos rouge. Maman avait cousu la clé à l’intérieur pour qu’elle ne se perde pas, mais le fil n’était pas tout à fait assez long pour atteindre la serrure quand le sac était posé à terre. Donc George fut obligée de rester en équilibre sur un pied en maintenant le sac sur le genou de l’autre jambe.

Lire la suite

Publicités

Le journal malgré lui de Henry K.Larsen– Susin Nielsen

Papa et moi, nous partageons une solitude d’un genre différent. Le genre que l’on éprouve même quand on est entouré de monde, parce qu’on sait que quelque chose, ou quelqu’un, vous manque.

Les premiers mots

Le saviez-vous? Le mot « psychologie » vient du grec « psyché ». Il signifie étude de l’esprit.
Je voudrais bien qu’on arrête d’étudier le mien, d’esprit. C’est trop glauque, de faire ça. Mais papa dit que je n’ai pas le choix.
Cecil n’a pas une tête de psychologue, cela dit. Déjà, il s’appelle Cecil.

Lire la suite

Oh, boy!– Marie-Aude Murail

Merci d’être entré dans ma vie sans crier gare. Merci d’en avoir changer le cours et de m’avoir changé. 

Les premiers mots

Chapitre premier  – Où les Morlevent découvrent qu’ils sont des enfants sans parents.


Le 12 de la rue Mercoeur à Paris abritait la famille Morlevent depuis deux ans. Trois enfants et deux adultes, la première année. Trois enfants et un adulte, la seconde année. Et ce matin-là, trois enfants seulement, Siméon, Morgane et Venise, quatorze, huit et cinq ans.
– On va faire un jurement, proposa Morgane. On jure que personne peut nous séparer. Hein, Siméon?

Lire la suite

Les Fragiles– Cécile Roumiguière

Elle se force à être gaie, ce qui est certainement la plus profonde façon d’être triste.

Les premiers mots

Drew.
Drew Castan, dix-sept ans, toutes mes dents. Drew, Drew Castan… Arrête Drew! La tempête, les images. Faut les bloquer. Des bulles acides. Les crever. Je voudrais vomir.
J’ai envie de vomir depuis l’âge de neuf ans, depuis ce jour où mon père a lancé ce « sale nègre » par la vitre de la camionnette. Pas son premier « sale nègre », mais ce jour-là, le nègre c’était Ernest, le gardien du stade. Ernest qui m’encourageait tous les mercredis depuis deux ans chaque fois que je flanchais. Ce mercredi-là, il a traversé en dehors des clous, il aurait pas dû.

Lire la suite

La Belle rouge– Anne Loyer

Arrête de réfléchir, Marje, arrête!
Pour une fois, Marje, ne réfléchis pas. Agis. Tu verras bien après.

Les premiers mots

Il ne sait même plus pourquoi il est là. Avec sa basket gauche trouée, son blouson ouvert aux quatre vents, son sac à dos à moitié vide, sa caboche pleine à craquer. Il est là. Debout. Raide comme un piquet sur ce bitume sale et lui. En transit. En partance. En attente. Les yeux grands ouverts sur la nuit qui ne veut pas fini. Lourde, opaque, mystérieuse. Et après, il se passe quoi?

Lire la suite

La langue des bêtes– Stéphane Servant

Celui qui sait lire peut comprendre le monde. Celui qui écrit peut le changer.

Les premiers mots

Les renards arrivent avec la nuit.
La Petite les entend avant de les voir.
Leurs pattes comme des marteaux d’orfèvres font sonner l’écrin brun des bois.
Une minuscule tambour fouetté par les doigts têtus de l’automne naissant.
Au-delà des carcasses de voitures, là-bas, à la lisière de la forêt, les brindilles claquent, les carapaces craquent. Partout, les lapereaux frissonnent. Et les renards tremblent bien plus qu’eux. 
La Petite le sent.

Lire la suite