D’un trait de fusain – Cathy Ytak

Mais est-ce qu’on peut, une seule fois dans sa vie, revenir en arrière?

Les premiers mots

Le fond de l’estrade est tapissé de noir. Encadré d’un côté par un radiateur à roulettes peint de couleur sombre, et de l’autre par un mince couloir de toile faisant office de loge ou de coulisse.La femme s’y est glissée, le temps de s’y déshabiller à l’abri des regards.

Lire la suite

Publicités

Coup de ♥ 2017 – Les jeunes

Deuxième billet de la journée avec cette fois-ci mes coups de coeur jeunesse. Cette année, j’ai remarqué que j’en avais eu peu (comparé à l’année passée ) mais ceux présentés ici ont été fort en émotion et je ne risque pas de les oublier.

Mes coups de CŒUR jeunesse 2017

Lire la suite

George– Alex Gino

Un jour, il faudrait bien qu’elle dise à maman qu’elle était une fille. Mais ce jour n’était pas encore arrivé.

Les premiers mots

George sortit une clé argentée de la plus petite poche d’un grand sac à dos rouge. Maman avait cousu la clé à l’intérieur pour qu’elle ne se perde pas, mais le fil n’était pas tout à fait assez long pour atteindre la serrure quand le sac était posé à terre. Donc George fut obligée de rester en équilibre sur un pied en maintenant le sac sur le genou de l’autre jambe.

Lire la suite

Le journal malgré lui de Henry K.Larsen– Susin Nielsen

Papa et moi, nous partageons une solitude d’un genre différent. Le genre que l’on éprouve même quand on est entouré de monde, parce qu’on sait que quelque chose, ou quelqu’un, vous manque.

Les premiers mots

Le saviez-vous? Le mot « psychologie » vient du grec « psyché ». Il signifie étude de l’esprit.
Je voudrais bien qu’on arrête d’étudier le mien, d’esprit. C’est trop glauque, de faire ça. Mais papa dit que je n’ai pas le choix.
Cecil n’a pas une tête de psychologue, cela dit. Déjà, il s’appelle Cecil.

Lire la suite

Oh, boy!– Marie-Aude Murail

Merci d’être entré dans ma vie sans crier gare. Merci d’en avoir changer le cours et de m’avoir changé. 

Les premiers mots

Chapitre premier  – Où les Morlevent découvrent qu’ils sont des enfants sans parents.


Le 12 de la rue Mercoeur à Paris abritait la famille Morlevent depuis deux ans. Trois enfants et deux adultes, la première année. Trois enfants et un adulte, la seconde année. Et ce matin-là, trois enfants seulement, Siméon, Morgane et Venise, quatorze, huit et cinq ans.
– On va faire un jurement, proposa Morgane. On jure que personne peut nous séparer. Hein, Siméon?

Lire la suite

Les Fragiles– Cécile Roumiguière

Elle se force à être gaie, ce qui est certainement la plus profonde façon d’être triste.

Les premiers mots

Drew.
Drew Castan, dix-sept ans, toutes mes dents. Drew, Drew Castan… Arrête Drew! La tempête, les images. Faut les bloquer. Des bulles acides. Les crever. Je voudrais vomir.
J’ai envie de vomir depuis l’âge de neuf ans, depuis ce jour où mon père a lancé ce « sale nègre » par la vitre de la camionnette. Pas son premier « sale nègre », mais ce jour-là, le nègre c’était Ernest, le gardien du stade. Ernest qui m’encourageait tous les mercredis depuis deux ans chaque fois que je flanchais. Ce mercredi-là, il a traversé en dehors des clous, il aurait pas dû.

Lire la suite