Filles de la Walïlü – Cécile Roumiguière

Les premiers mots

 Derrière un rideau d’arbres, au fond de la forêt, un lac noir sous le ciel noir. Et le froid. Un chuintement, une plainte. Un cri de douleur qui signe la fin de la nuit. Lentement, le noir du ciel se griffe d’or et d’argent, le cobalt fond sous l’indigo.

Lire la suite

Mon Eden – Hélène Duvar

Eden ne savait pas encore ce qu’elle allait devenir et combien de sombres chemin l’attendaient.

Les premiers mots

Le ciel était bleu. Le ciel était bleu, comme il l’est toujours lors de ces chauds matins d’été, et je me souviens d’Éden qui m’avait pris sur ses genoux sur la balançoire, et on était montés très haut, si haut que j’avais cru qu’on allait passer par-dessus le toit de notre maison.

Lire la suite

Ogresse – Aylin Manço

Parfois il vous arrive des trucs monstrueux, et c’est pas votre faute. Parfois c’est la faute de personne.

Les premiers mots

Hier soir, Maman m’a fait manger du cœur. C’était du cœur de bœuf. Le cœur est notre muscle le plus puissant, et ça sent quand on en mange; la viande résistait sous mon couteau à steak, il fallait la scier pour trancher les fibres. Elles cédaient comme des câbles tendus, l’une après l’autre.

Lire la suite

Nos bombes sont douces – Frédéric Vinclère

Les jours qui passent m’apprennent que la vie est un jeu d’enchâssement dont les cases se poussent, s’évitent, se cognent, s’épousent parfois, pour former au final un tableau propre à chacun

Les premiers mots

J’ai le soleil dans les yeux.
Ça ne me gêne pas, j’ai l’habitude. Il suffit de plisser les paupières pour réduire la lumière, de ne pas quitter le ballon du regard, même s’il se trouve à l’opposé du terrain, de ne pas non  plus oublier les deux ou trois joueurs adverses les plus dangereux, les créateurs d’occasions, les animateurs du système.

Lire la suite

Si l’on me tend l’oreille – Hélène Vignal

Mais nous étions libres! Tout se passait bien quand on nous laissait aller et venir. Pourquoi tout changer?

Les premiers mots

Aux Trois Provinces comme ailleurs, on s’arrangeait gentiment du malheur et de l’allégresse, de la violence et de la bonté des êtres. C’était un pays simple, simplement nommé parce qu’il rassemblait trois provinces, celle des Vents Chauds, celle des Vergians et enfin le Littoral.

Lire la suite