Trois Sœurs – Laura Poggioli 

Il ne faut surtout pas que le chagrin dépasse, même s’il brûle très fort la gorge. parce que le chagrin c’est comme la peur: quand on le veut vraiment, on peut le garder à l’intérieur.

Les premiers mots

Un soir de l’été 2018,
Chaussée Altoufievo
Il n’est pas grand l’appartement. Un salon avec cuisine, deux chambres, une salle de bains, des toilettes. La tapisserie n’a plus de couleur. Jaune-marron, elle n’a pas été changée depuis les années Gorbatchev, quand c’était encore un appartement communautaire.

Lire la suite

D’où vient l’amour – Yann Queffélec 

La guerre se dit qu’elle valait le détour, la belle enfant, et qu’il ne serait pas désagréable de l’embrasser dans le cou.

Les premiers mots

Sûr qu’il m’a tapé dans l’œil, se disait Maud en attendant l’autocar du volcan. Sûr qu’on s’aime et qu’il sera content, lui aussi, drôlement content Jambes serrées, elle écoutait frémir la vie dans ses entrailles. Elle n’en revenait pas de cette petite volonté qui cherchait à sortir par là, qui la chatouillait. Oh là, mon Didi, tu me fais mal avec tes petons, tu me fais rire. Un moment déjà qu’elle soliloquait sur le banc au soleil, parlant à quelqu’un d’invisible, lui posant des questions. Tu veux que je te dise, Didi ? T’es pas une fille, je les connais. T’es un garçon, toi, un brave de p’tit gars, tu veux pas d’histoires à personne.

Lire la suite

Pêcheur d’Islande – Pierre Loti 

Il faut beaucoup d’enfants à ces races de pêcheurs que l’Islande dévore.

Les premiers mots

Ils étaient cinq, aux carrures terribles, accoudés à boire, dans une sorte de logis sombre qui sentait la saumure et la mer. Le gîte, trop bas pour leurs tailles, s’effilait par un bout, comme l’intérieur d’une grande mouette vidée ; il oscillait faiblement, en rendant une plainte monotone, avec une lenteur de sommeil.

Lire la suite

L’œuvre – Émile Zola 

Va donc, homme célèbre, grand artiste, mange-toi la cervelle, brûle ton sang, pour monter encore, toujours plus haut, toujours plus haut ; et si tu piétines sur place, au sommet, estime-toi heureux, use tes pieds à piétiner le plus longtemps possible

Les premiers mots

Claude passait devant l’Hôtel de ville, et deux heures du matin sonnaient à l’horloge, quand l’orage éclata. Il s’était oublié à rôder dans les Halles, par cette nuit brûlante de juillet, en artiste flâneur, amoureux du Paris nocturne.

Lire la suite

Pourquoi pas la vie – Coline Pierré 

Ce matin, Sylvia envisage à nouveau la vie. Ou plutôt : elle envisage cette journée. Une journée, c’est déjà bien.

Les premiers mots

L’hiver n’a jamais été la saison de Sylvia. Le froid s’engouffre sous sa peau comme il s’il la constellait d’aiguilles, il engourdi des membres et ses pensées. Sylvia est une fille de l’été. Une fille du bord de mer et de l’océan Atlantique, qui ne s’épanouit vraiment que lorsqu’elle peut rêver aux possibles qui se cachent à l’horizon. Mais elle n’en a plus, d’horizon.

Lire la suite

Mémoires d’Hadrien – Marguerite Yourcenar 

Je voulais le pouvoir. Je le voulais pour imposer mes plans, essayer mes remèdes, restaurer la paix. Je le voulais surtout pour être moi-même avant de mourir.

Les premiers mots

Mon cher Marc,
Je suis descendu ce matin chez mon médecin Hermogène, qui vient de rentrer à la Villa après un assez long voyage en Asie. L’examen devait se faire à jeun : nous avions pris rendez-vous pour les premières heures de la matinée. Je me suis couché sur un lit après m’être dépouillé de mon manteau et de ma tunique. Je t’épargne des détails qui te seraient aussi désagréables qu’à moi-même, et la description du corps d’un homme qui avance en âge et s’apprête à mourir d’une hydropisie du cœur.

Lire la suite