Ressac – Diglee

22h… Je sombre. La mer a comme avalé ma peine. Je lui ai confié mon ombre, et elle l’a mangée.

Dans la nuit du 3 au 4 février 2020, la bipolarité de mon beau-père a précipité sa voiture dans le fossé d’une route tranquille de la campagne lyonnaise.
Le 5 au matin, je partais seule à l’autre bout de la France pour effectuer une retraite dans une abbaye bretonne, face à la mer.
Ces deux événements a priori étrangers l’un à l’autre se sont retrouvés inextricablement mêlés, confondus en une seule et même expérience déterminante.

Lire la suite

Un bref instant de splendeur – Ocean Vuong

Je ne sais pas si tu es heureuse, Maman. Je ne t’ai jamais demandé.

Les premiers mots

Je recommence.

Chère Maman,

J’écris pour me rapprocher de toi – même si chaque mot sur la page m’éloigne davantage de là où tu es. J’écris pour revenir au jour où, sur l’aire de repos en Virginie, tu as fixé, horrifiée, le chevreuil empaillé suspendu au-dessus du distributeur de sodas à côté des toilettes, tandis que l’ombre de ses bois s’étendait sur ton visage. Dans la voiture, tu n’arrêtais pas de secouer la tête. «Je ne comprends pas pourquoi ils font ça. Ils ne voient pas que c’est un cadavre? Un cadavre, ça doit s’en aller, pas rester coincé comme ça pour toujours.»

Lire la suite

La Maison – Emma Becker 

Bien sûr que nous rendons les hommes heureux. Bien sûr que nous sommes les reines de la maison. Bien sûr que ce métier nous permet de vivre mieux que le commun des mortels.

Les premiers mots

Hier, je suis avec mon fils qui vide méthodiquement le placard à vêtements pendant que je fais son lit. Je cherche un boutis assez grand pour couvrir son matelas – et dans la commode du couloir, le premier à me sauter aux yeux est le dessus-de-lit de trois mètres sur trois que j’ai acheté lorsque la Maison a fermé. Il patiente là depuis cinq mois, plié à la sauvage, jamais lavé.

Lire la suite

Celui qui va vers elle ne revient pas – Shulem Deen

C’était la crainte de l’inconnu qui m’incitait à garder la foi. Si je cessais de croire, me disais-je, qu’adviendrait-il de moi? Cesserai-je aussi de manger casher? De faire shabbat? Irais-je danser à la synagogue sans mon chapeau? Et qu’en penseraient les entremetteurs?

Les premiers mots

Je n’étais pas le premier à être banni de notre communauté. Je n’avais pas rencontré mes prédécesseurs, mais j’en avais entendu parler à voix basse, comme on chuchote une rumeur honteuse. Leurs noms et le récit de leurs agissements émaillaient l’histoire de notre village, fondé un demi-siècle plus tôt. On évoquait dans un mur-mure ces êtres subversifs qui avaient attenté à notre fragile unité : les quelques belz qui avaient souhaité former leur propre groupe de prière ; le jeune homme qui aurait été surpris en train d’étudier les textes fondateurs de la dynastie hassidique de Bratslav, et même le beau-frère du rebbe, accusé de fomenter une sédition contre lui. Tous avaient été bannis, comme moi. Mais j’étais le premier qu’on bannissait pour hérésie.

Lire la suite

Jour Zéro – Stéphanie Braquehais

Ne pas boire ce soir m’est égal. Ne plus jamais boire me donne envie de me taper la tête contre les murs.

Les premiers mots

Un jour d’avant
Je suis au volant de ma petite Toyota. La rue, bordée d’arbres, est étroite et mal éclairée. Ama, une amie, est assise côté passager. Nous chantons à tue-tête au son de la radio. Notre euphorie est due au nombre incalculable de shots de tequila que nous venons d’absorber dans une discothèque du centre-ville de Nairobi.
Il est 3 heures du matin. La fête ne fait que commencer.

Lire la suite

Les libellules rouges – Reiko Kruk-Nishioka

Je voulais voir le monstre, cette bombe d’un type nouveau qui dépassait l’imagination et que, déjà, on commençait à appeler « la bombe d’Hiroshima et Nagasaki ».

Les premiers mots
Le vrombissement des Libellules rouges fait vibrer les vitres de la salle de classe.
Les voilà! Il n’y a pas que les vitres de la classe qui vibrent. Ça vibre aussi dans la poitrine de Keiko.

Lire la suite

Shuni – Naomi Fontaine

Ils disent que la vie est un cercle.

Les premiers mots
Le père de Julie était pasteur. Quelques années après le début de sa mission, il avait fait construire l’église baptiste sur le boulevard Montagnais, juste devant le Conseil de bande. De l’extérieur, elle ressemblait davantage à un centre communautaire qu’à un lieu de culte.

Lire la suite