Journal d’un enlèvement – Gabriel García Márquez 

Les plus touchés par cette guerre aveugle furent les journalistes, victimes d’assassinats ou d’enlèvements, quand ils ne désertaient pas leur poste, cédant aux menaces ou à la corruption.

Les premiers mots

Avant de monter dans la voiture, elle jeta un regard par-dessus son épaule pour s’assurer que personne ne la suivait. Il était dix-neuf heures cinq et la nuit était tombée depuis une sur Bogota. Dans le Parc national mal éclairé, les arbres dénudés découpaient leurs silhouettes fantomatiques contre le ciel sale et triste, mais alentour rien ne semblait inquiétant.

Lire la suite

Dona Flor et ses deux maris – Jorge Amado 

Si beau et si mâle, si expert dans le plaisir ! Une fois de plus les larmes envahirent les yeux de la jeune veuve. Elle essaya de ne pas penser à ce qu’elle se remémorait malgré elle et qui n’était pas convenable pour un jour de veillée funèbre.

Les premiers mots

Vadinho, premier mari de dona Flor, mourut un dimanche matin de carnaval alors que, déguisé en Bahianaise, il dansait la samba dans un groupe, au milieu de la plus grande animation, sur la place du Deux-Juillet, non loin de chez lui. Il ne faisait pas partie du groupe, venant à peine de s’y mêler en compagnie de quatre amis, également habillés en Bahianaises, sortant d’un bar du Cabeça où le whisky coulait en abondance aux frais d’un certain Moysés Alves, riche et prodigue planteur de cacao.

Lire la suite

Pêcheur d’Islande – Pierre Loti 

Il faut beaucoup d’enfants à ces races de pêcheurs que l’Islande dévore.

Les premiers mots

Ils étaient cinq, aux carrures terribles, accoudés à boire, dans une sorte de logis sombre qui sentait la saumure et la mer. Le gîte, trop bas pour leurs tailles, s’effilait par un bout, comme l’intérieur d’une grande mouette vidée ; il oscillait faiblement, en rendant une plainte monotone, avec une lenteur de sommeil.

Lire la suite

L’œuvre – Émile Zola 

Va donc, homme célèbre, grand artiste, mange-toi la cervelle, brûle ton sang, pour monter encore, toujours plus haut, toujours plus haut ; et si tu piétines sur place, au sommet, estime-toi heureux, use tes pieds à piétiner le plus longtemps possible

Les premiers mots

Claude passait devant l’Hôtel de ville, et deux heures du matin sonnaient à l’horloge, quand l’orage éclata. Il s’était oublié à rôder dans les Halles, par cette nuit brûlante de juillet, en artiste flâneur, amoureux du Paris nocturne.

Lire la suite