L’échappée – Valentine Goby

Elle cherche dans le miroir le visage de sa jouissance. Elle ne voit rien. Ce visage n’appartient qu’à Joseph Schimmer.

img_20170124_070116

Les premiers mots

Madeleine grelotte. Elle souffle sur ses doigts. Une main après l’autre. Un froid mouillé s’engouffre sous sa jupe. Elle plaque sa jupe contre ses cuisses. Les arbres nus succèdent aux arbres nus, découpés sur le ciel gris mauve. Elle fixe le ruban d’asphalte. Elle serre le châle sur sa poitrine. Le nœud se défait. La laine oscille contre sa joue, énervante. Elle enfonce le bonnet sur ses oreilles. Elle pédale à toutes jambes. La dynamo frotte contre la roue. C’est une vibration légère, berçante.

Lire la suite

Etre sans destin – Imre Kertesz

Alors seulement quelque chose se débloqua en moi, et je pensai à mon tour – peut-être pour la première fois sérieusement- à la liberté.

img_20161211_142157

Les premiers mots

Aujourd’hui, je ne suis pas allé au lycée. C’est-à-dire que j’y suis allé, mais seulement pour demander au professeur principal la permission de rentrer à la maison. Je lui ai donné la lettre par laquelle mon père sollicitait une autorisation d’absence « pour raisons familiales ». Il m’a demandé quelle sorte de raisons familiales ce pouvait être. Je lui ai dit que mon père avait été réquisitionné pour le service du travail  obligatoire; alors il n’a plus fait de difficultés.

Lire la suite

La guerre n’a pas un visage de femme– Svetlana Alexievitch 

Sur les conseils d’une amie, je me suis lancée dans le dernier prix Nobel de littérature. Et ce fût beau.

IMG_20160524_160150Résumé

La Seconde Guerre mondiale ne cessera jamais de se révéler dans toute son horreur. Derrière les faits d’armes, les atrocités du champ de bataille et les crimes monstrueux perpétrés à l’encontre des civils se cache une autre réalité. Celle de milliers de femmes russes envoyées au front pour combattre l’ennemi nazi.

Les premiers mots

J’écris un livre sur la guerre… Moi, qui n’ai jamais aimé lire des livres de guerre, bien qu’en mon enfance et mon adolescence ce fût la lecture préférée de tous. De tous les garçons et filles de mon âge. Et cela n’avait rien d’étonnant: nous étions les enfants de la Victoire. Les enfants des vainqueurs.

On entre dans ce livre en sachant pertinemment qu’on n’en ressortira pas indemne. Lire la suite

Magnus – Sylvie Germain 

Sylvie Germain, mais où m’as-tu donc amenée? magnus

Résumé

Franz, le héros de Magnus, est né avant la guerre en Allemagne. De son enfance, il ne lui reste aucun souvenir, sa mémoire est aussi vide qu’au jour de sa naissance. Il lui faut tout réapprendre, ou plutôt désapprendre ce passé qu’on lui a inventé et dont le seul témoin est un ours en peluche à l’oreille roussie : Magnus.

Les premiers mots

Il porte sur chaque chose, chaque personne, dont ses parents, un regard plein de candeur et d’étonnement, examinant tout avec minutie. Le regard d’un convalescent qui a frôlé la mort et qui réapprend à voir, à parler, à nommer les choses, les gens. A vivre.

Lire la suite

Max– Sarah Cohen-Scali 

A64389 (1)Résumé:  Max est le prototype parfait du programme «Lebensborn» initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l’Allemagne puis l’Europe occupée par le Reich.

Une fable historique fascinante et dérangeante qu’on ne peut pas lâcher. Une lecture choc, remarquablement documentée, dont on ne sort pas indemne.

Les premiers mots

Je ne sais pas encore comment je vais m’appeler. Dehors, ils hésitent entre Max et Heinrich. Max, comme Max Sollmann, le directeur administratif du foyer qui va bientôt m’accueillir. Ou Heinrich, en hommage à Heinrich Himmler qui, le premier, a eu l’idée de ma conception et celle des camarades à venir.

Lire la suite