Je suis Jeanne Hébuterne – Olivia Elkaim

Ne me touche pas davantage, Amedeo, j’ai peur de tes mains sur ma peau, du désir qui tord le ventre, de nos voix qui vibrent.

Les premiers mots

Décembre 1916
Hier soir je suis tombée amoureuse d’Amedeo Modigliani.
Je descendais l’escalier étroit de l’académie Colarossi. Un vent glacé soufflait par les vasistas ouverts.

Les premières phrases annoncent son destin. Tombée. Tombée amoureuse d’un homme plus âgé, un artiste, un homme fougueux. Elle, c’est Jeanne. Une « petite » bourgeoise de dix-huit ans empêtrée dans une vie monotone. Son frère, parti à la guerre, lui manque terriblement. Ces deux-là ont une relation privilégiée, il est celui qui dicte ce qu’il faut faire ou ne pas faire. Parfois assez strictement mais Jeanne est dévouée (trop?).

Quand elle rencontre Amedeo, son corps s’embrase. Sous les baisers du peintre, sous ses doigts, sa passion se réveille, incandescente, dangereuse. Jeanne choisit son amour à la raison. Abandonne ses parents et les diktats de son frère mis au courant. Elle veut Amedeo tout le temps, jour et nuit, que rien ne les éloigne l’un de l’autre. Eprise d’amour, elle fermera les yeux sur la vie de bohème de Modigliani, les boissons, les drogues, les amis artistes un peu fous. Leur histoire d’amour sera parsemée d’écueils bien trop lourds à supporter pour la jeune fille.

Je suis sienne.
Un désir fou a vaincu ma mélancolie. J’ai réussi à éloigner la mort.
Je vis à toute allure.

Son visage long, ses cheveux roux, son teint diaphane, tout son corps m’a accompagnée. Modiglani l’a magnifiée et Olivia Elkaim lui a rendu sa dignité. Son destin ne pouvait que me plaire, moi, amoureuse d’amours passionnelles et tragiques et puis si les mots qui racontent cette histoire sont beaux, comment résister?

Pardon de mal t’aimer, carina. Jamais pu faire autrement.

Olivia Elkaim partage avec nous les quatre années de Jeanne sous forme de journal intime. Les sentiments de la belle sont alors décrits de la plus pure et la plus sincère des façons. Jeanne se permet d’écrire des sensations qu’elle ne peut partager avec personne. Ni ses parents hyper catholiques, ni son frère et son emprise, ne comprendraient ce qui la retourne et la fait chavirer. C’est un terrible destin de femme qui est mis en lumière. C’est aussi un redoutable portrait de cette vieille France où les désirs sont bannis, les passions cachées et montrées du doigt.

C’est en étant totalement bouleversée que j’ai tourné la dernière page de ce magnifique roman.

Nous faisons l’amour au milieu de la nuit. Nous faisons l’amour au petit matin. Nous faisons l’amour tout le temps, avec frénésie, et je crois ainsi, il est possible de réduire à néant l’espace entre nos deux corps.

Acheté et lu grâce au billet de Moka.
Sonia a aussi adoré.

– Je suis Jeanne Hébuterne d’Olivia Elkaim, Editions Stock, 2017, 248 pages –

Publicités

15 réflexions sur “ Je suis Jeanne Hébuterne – Olivia Elkaim

  1. delphineolympe dit :

    Effectivement, je me souviens du billet de Sonia, qui m’avait déjà donné envie de lire ce livre… Au feuilletage, l’écriture ne m’avait pas convaincue… Mais visiblement, il faut aller au-delà de quelques phrases pour découvrir ce texte dont vous dites toutes les deux tant de bien.

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s