Jeanne Hébuterne, un souffle éphémère– Nadine Van Der Straeten

Je veux entrer par effraction dans ta nuit noire

 

Elle est jeune, a le charme des dames vénitiennes et possède le don de peindre. L’amour lui est encore inconnu mais quand un soir, elle croise le regard ténébreux du grand peintre que l’on surnomme Modi, sa vie prend un tournant fou.

Les amants s’aiment, se peignent, les effusions sont intenses pour celle qui n’a rien connu. Mais Modi a d’autres amours, plus ravageurs, les alcools. Un bébé vient bientôt remplir leur vie et c’est avec regret qu’ils placent leur enfant chez une nourrice. Incapable de s’occuper d’eux-mêmes, comment s’occuper de leur fille? Jeanne voit son amour sombrer et c’est avec difficulté qu’elle tente de le sauver. Modi meurt et Jeanne, fragile, enceinte, abandonne toute raison et se donne la mort.

Concentré de femme, absolu distillat de l’essence d’émoi, mon corps et mon âme ne sont plus qu’une trace sous la corolle rouge de mon désir de toi…

Nadine Van Der Straeten a donné vie à cette belle Jeanne, elle lui a donné la place que d’autres lui ont refusé. Comme dans  le livre d’Olivia Elkaim « Je suis Jeanne Hébuterne », celui-ci permet de partir à la rencontre de la muse, de la femme aimée par un peintre d’exception. Elle a le rôle qu’ont tenu tant d’autres femmes que l’on oublie parfois, souvent au profit des maitres (Dora Maar, Gala, Camille Claudel, etc).

Les dessins en noir et blanc traduisent à merveille l’ambiance de ce Paris bohème, meurtri par la guerre, mais rempli d’artistes aux idées novatrices. Ce Paris qui voit aussi ces âmes se noyer dans l’ivresse et l’amour. Les pages regorgent de références poétiques, de Baudelaire à Rimbaud, en passant par Lautréamont et Alfred de Musset.

En sept chapitres aux titres des plus évocateurs, Jeannette, Nid d’amour et le dernier Silence, cette bande dessinée nous fait revivre la courte mais puissante vie de Jeanne en lui offrant une place importante et inoubliable.

Jeanne Hébuterne, un souffle éphémère de Nadine Van Der Straeten, Editions TartaMudo, 2017, 142 pages –

Ce mercredi, c’est la rentrée des bulles et c’est chez Noukette que ça se passe!

Publicités

59 réflexions sur “Jeanne Hébuterne, un souffle éphémère– Nadine Van Der Straeten

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s