La douleur – Marguerite Duras 

Je ne sais plus où me mettre pour me supporter.

Les premiers mots

Face à la cheminée, le téléphone, il est à côté de moi. À droite, la porte du salon et le couloir. Au fond du couloir, la porte d’entrée. Il pourrait revenir directement, il sonnerait à la porte d’entrée: « Qui est là. – C’est moi. »

« Avertissement »: le livre La douleur comporte six nouvelles, je n’ai lu que la première qui porte le nom du recueil.

De ce texte, je n’avais entendu que des louanges mais j’ignorais alors tout du thème extrêmement sensible, le retour des prisonniers de guerre en 1945. La douleur est le titre du premier récit où Marguerite Duras se dévoile entièrement et nous livre la longue et douloureuse attente du retour de son mari, Robert L. (Robert Antelme).

Je ne peux plus rien. Des bras serrés autour de soi, ça soulage. On pourrait presque croire que ça va mieux quelques fois. Une minute d’air respirable.

En quatre-vingt pages d’une écriture ciselée, aux rythmes répétés, elle arrive à nous transmettre l’angoisse dans laquelle elle est plongée. Elle imagine alors les pires scénarios comme celui de son mari fusillé par les Allemands lors de la libération des camps.

Je connaissais Duras avec L’amant qui avait été une lecture très particulière car je découvrais son style unique ( et qui ne plaît pas à tout le monde). La forme m’avait davantage plu que le fond. Ici, les deux éléments se répondent à merveille pour nous laisser voir l’écrivaine dans toute sa sensibilité. C’est un texte qui résonne avec d’autres comme ceux de Charlotte Delbo dans ce qu’il donne à lire de l’horreur des camps et des retours à « la vie ». L’attente de M. est une telle torture que la raison lui fait parfois défaut au point de ne plus savoir qui elle est et de lentement perdre pied.

Je ne sais pas si je lirai les autres nouvelles du recueil de peur de ne pas ressentir les émotions si fortes lues ici. Si vous avez lu l’entièreté, dites-moi.

La douleur de Marguerite Duras
Éditions Livre Folio
224 pages, première publication en 1985
Les Classiques c’est fantastique

20 réflexions sur “ La douleur – Marguerite Duras 

  1. Mumu dans le bocage dit :

    Je n’ai vu que l’adaptation cinématographique et à te lire et en ayant revu il y a quelques jours le début du film l’Amant en Replay sur Arte avec la sublime voix de Jeanne Moreau comme narratrice, je ne peux m’empêcher de penser que les films sont une bonne porte d’entrée à l’univers de Duras. Jusqu’à maintenant mon préféré : Le Barrage contre le Pacifique, un roman sur sa famille (et quelle famille) qui permet de mieux la cerner 🙂

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s