Mémoires d’Hadrien – Marguerite Yourcenar 

Je voulais le pouvoir. Je le voulais pour imposer mes plans, essayer mes remèdes, restaurer la paix. Je le voulais surtout pour être moi-même avant de mourir.

Les premiers mots

Mon cher Marc,
Je suis descendu ce matin chez mon médecin Hermogène, qui vient de rentrer à la Villa après un assez long voyage en Asie. L’examen devait se faire à jeun : nous avions pris rendez-vous pour les premières heures de la matinée. Je me suis couché sur un lit après m’être dépouillé de mon manteau et de ma tunique. Je t’épargne des détails qui te seraient aussi désagréables qu’à moi-même, et la description du corps d’un homme qui avance en âge et s’apprête à mourir d’une hydropisie du cœur.

Au seuil de sa mort, l’empereur Hadrien prend la plume et écrit ses mémoires à destination de son jeune neveu et successeur Marc-Aurèle. Raconter sa vie n’est pas un exercice facile et l’Empereur doute de ses capacités et surtout de l’intérêt du projet. Mais c’est sans compter une vie passionnante qu’il va dérouler au travers de ses écrits.

De ses jeunes années en tant qu’étudiant où la poésie lui fait l’effet d’un coup de foudre ( « La lecture des poètes eut des effets plus bouleversants encore : je ne suis pas sûr que la découverte de l’amour soit nécessairement plus délicieuse que celle de la poésie« ), de son amour pour le grec ( « Presque tout ce que les hommes ont dit de mieux a été dit en grec« ), de ses réflexions sur la vie, de ses années à l’armée et de celles comme empereur, Hadrien prend le temps de disserter et d’analyser ses faits et gestes.

À l’opposé de son prédécesseur, Trajan, Hadrien est plutôt pacifique et refuse les politiques de conquêtes ( « Je n’avais pas la naïveté de croire qu’il dépendrait toujours de nous d’éviter toutes les guerres; mais je ne les voulais que défensives ; je rêvais d’une armée exercée à maintenir l’ordre sur des frontières, rectifiées s’il le fallait, mais sûres. Tout accroissement nouveau du vaste organisme impérial me semblait une excroissance maladive, un cancer, ou l’œdème d’une hydropisie dont nous finirions par mourir. « )

Ses mémoires avancent et c’est un Hadrien plus sûr de lui et confiant dans ses travaux qui nous est livré. Mais il suffit d’une perte, en l’occurrence celui d’Antinoüs, son jeune amant, pour que l’empereur perde pied et sombre dans un profond désarroi. Sa fin de vie sera obnubilée par l’idée de son suicide et de la valeur de la vie.

Autant annoncer la couleur : je ne suis pas une grande adepte de l’histoire de l’empire romain ET entre Marguerite Yourcenar et moi les tentatives ont plus été infructueuses, en tout cas jusqu’à ce roman. Parce que j’ai aimé.

Sans m’en rendre compte, je me suis passionnée pour cet homme et son récit de vie. J’ai même été jusqu’à comparer ce qui était dit avec quelques sources trouvées sur Internet (notamment sur son histoire d’amour avec Antinoüs, ça doit être mon côté people).

L’écriture de l’autrice n’est pas toujours accessible au niveau des constructions des phares et du vocabulaire utilisé qui est très pointu mais ces « difficultés » ont été une motivation et non un frein dans la poursuite de ma lecture. Yourcenar disait à propos de ce livre qu’il lui avait fallu attendre quarante ans avant de l’écrire (même si le projet remontait à son adolescence) et je pense qu’il faut aussi attendre un peu pour la lire et savourer son écriture.

Tentative de réconciliation avec l’œuvre de Marguerite Yourcenar déjà amorcée avec Archives du Nord.

Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar
Éditions Livre Folio
384 pages, première publication en 1951
Les Classiques c’est fantastique

Ce mois-ci, on lit les Marguerite! Votre choix s’est alors porté sur Duras ou Yourcenar? Les réponses chez Moka / Natiora / Magali

41 réflexions sur “ Mémoires d’Hadrien – Marguerite Yourcenar 

  1. Des Livres Rances dit :

    Un roman que j’ai tenté deux fois de gravir, deux abandons retentissants devant ce que j’ai perçu comme une immense complexité sans possibilité d’avancer dans mon ascension. Même constat pour L’œuvre au noir (un essai, un échec).

    Aimé par 1 personne

  2. Mumu dans le bocage dit :

    Ah ah je viens de publier ma chronique pour la même lecture de Marguerite Yourcenar…. Et je vois que nous nous rejoignons…. Une lecture que je suis fière d’avoir menée jusqu’au bout et non sans difficultés même si par moment j’ai eu la tentation de l’abandonner… Je ne suis pas prête d’oublier les deux Marguerite 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Light And Smell dit :

    J’en avais étudié des extraits en première et j’en garde le souvenir d’un texte ardu, mais intéressant. Du coup, maintenant que j’ai pris pas mal d’années au compteur, tu me donnes envie de le lire d’autant que contrairement à toi, j’apprécie l’histoire de l’empire romain 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. maghily dit :

    J’avais aussi souligné la phrase sur la poésie 🙂

    Tu parles merveilleusement bien de ce roman. Comme quoi, tu as bien fait de lui redonner sa chance !

    J’ai ri de ton côté people, mais je te comprends tout à fait , c’est l’information la plus capitale à vérifier ! 😉 😀
    (je suis tellement rentrée dans l’histoire que je n’arrivais pas à me remettre en tête que ce n’était pas vraiment Hadrien qui parlait. Donc je n’ai absolument rien été vérifier)

    Aimé par 1 personne

  5. L'ourse bibliophile dit :

    Ahah, tu m’as fait rire avec ton « côté people » ! ^^
    Sinon, me voilà intriguée après une chronique plus mitigée ailleurs par ce roman. Il y avait en plus de potentiels obstacles entre ce roman et toi et, pourtant, la rencontre fut belle. Peut-être à tenter un jour !

    Aimé par 1 personne

  6. Autist Reading dit :

    Non seulement j’ai peiné lors de ma lecture (l’ado que j’étais alors lisait plus volontiers A. Christie que les « classiques », même contemporains), mais j’ai été peu ému par le personnage et encore moins par sa relation avec Antinoüs, raison première, je dois bien l’avouer, de mon intérêt pour ce titre.

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s