À copier 100 fois – Antoine Dole

Papa, m’en veux pas, j’ai essayé de me défendre, j’te jure.

IMG_20160716_111516

Les premiers mots

Papa m’a dit cent fois comment faudrait que je sois. Qu’un garçon, ça pleure pas, ça se laisse pas faire. Mais papa n’est pas là quand Vincent et ses potes viennent me chercher des crosses dans la cour. J’me prends des baffes, des coups de poing, et je dis rien, je serre les dents. J’en parle pas.

Une lecture qui se lit d’une traite, d’un souffle. Ne pas perdre un mot de cette « lettre » d’un fils à son père. Ce père qui ne veut pas d’un fils chochotte, d’un fils faible. Mais sait-il vraiment ce qu’il se passe dans la cour de récréation? Non. Le jeune héros ne dit rien, c’est trop dur, trop honteux et tellement difficile de sortir les mots « Pourquoi je peux pas te regarder en face et te dire que ouais, papa, ton fils est pédé ».

Alors la peur au ventre, il se rend à l’école où les coups pleuvront parce qu’il est « différent ». Les baffes, les moqueries, les intimidations de Vincent et ses potes l’atteignent sans qu’il puisse se défendre. Seul. Quoique, Sarah est là, elle. Sa seule amie, celle avec qui il est lui-même et avec qui il n’a pas de besoin de se cacher. Si tout le monde pouvait être comme elle. Si son père pouvait être comme Sarah et l’accepter.  Mais c’est impensable pour ce jeune garçon de 13 ans. Son père ne pourra pas comprendre, il ne l’acceptera pas.

Être différent à 12-13 ans, c’est impensable. On veut se fondre dans le moule et ne pas se faire voir. Et quand on sort du lot, il faut être fort et pouvoir se défendre.

Ce texte m’a touché avec une force folle, en 56 pages. Sous cette mignonne couverture. l’écriture d’Antoine Dole atteint sa cible, le lecteur, avec une douloureuse précision: la violence décrite est réelle, les paroles de ces ados nous bouleversent, comme si nous étions les victimes. On est seul car autour, rien ne bouge, pas d’adultes, juste des bourreaux.

Mais ce qui est encore plus saisissant, c’est tout cet amour que ce garçon porte pour son père. Cet amour qu’il cherche, qu’il attend et qu’il recevra.

 J’voudrais pouvoir me dire que tu seras toujours là, prêt à m’ouvrir la porte, à me prendre dans tes bras. Et le reste on s’en fout papa, hein, dis-moi qu’on s’en fout. 

À faire lire dès 13 ans. Une littérature jeunesse percutante. Importante. Indispensable. 

– A copier 100 fois d’Antoine Dole. Edition Sarbacane, 2013. 56 pages.-

Ce livre rentre dans la catégorie « Un livre que tu voudrais faire découvrir à des enfants  « du Challenge littéraire 2016 de Mille vies en une.

Publicités

8 réflexions sur “À copier 100 fois – Antoine Dole

  1. Megan Deslongchamps dit :

    Je viens tout juste de découvrir ton blog et j’en suis totalement fan! Tes photos, ton design et la qualité de tes articles sont incroyables! Ce roman me semble très touchant, j’irai faire un tour à la librairie près de chez nous pour me le procurer prochainement!

    Qui sait, j’en ferai peut être aussi la critique sur mon blog!
    Merci beaucoup pour cette magnifique découverte,
    Au plaisir,
    Megan
    http://lapageouverte.com

    J'aime

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s