Et à la fin, ils meurent – La sale vérité sur les contes de fées – Lou Lubie 

Si les contes sont sexistes, ce n’est pas par essence, c’est parce qu’ils reflètent la morale de leur conteur.

Il faut lire la petite phrase de la couverture pour se rendre compte que nous n’avons pas affaire à un livre qui nous racontera de jolies histoires mais bien qui nous fournira la vérité (et quelle vérité!) sur les contes de notre enfance. Et il suffit aussi de jeter un coup d’œil aux personnages pour être totalement convaincu·e par la direction proposée de Lou Lubie. Une fois passé l’introduction (très marrante), nous voilà plongé·e·s dans les coulisses des contes où mutilations, viols, cannibalisme, sont légion.

Disney peut aller se rhabiller aves ses romances. Ici, on ne cache pas le sang et l’horreur. Perrault et Grimm l’avaient bien compris mais le temps faisant, cela a été (légèrement) édulcoré pour la bienséance. Ce qui a de formidable avec ce que nous apprend Lou Lubie c’est que si nous avons deux ou trois noms de grands conteurs dans la tête, il y a pourtant des femmes qui se sont essayé à ce genre et comme d’habitude, celles-ci ont été oubliées.

Lou Lubie prend le parti de faire de cet ouvrage un essai pris sous l’angle de l’humour et cela paie. Embarqué·e·s dans ces couloirs du temps, les lecteurs et lectrices pourront découvrir les réelles histoires et l’origine des contes choisis par l’autrice. Tout en s’appuyant sur un côté pédagogique, Lou Lubie donne à lire les originaux et on se plait à comparer les versions édulcorées que l’on a pu lire ou voir.

Quand on creuse un peu, on retrouve d’anciennes versions franchement plus sordides, [avec] :
– des mutilations…
– des meurtres…
– de l’adultère…
– et du cannibalisme.
Et en fouillant plus profond, on finit même par déterrer…
… d’authentiques scènes de cul !
(Si tu t’appelles Timothée et que tu as huit ans, c’est le moment de changer de livre.)

Les dessins ne sont pas en reste. Tout est fait pour que cette lecture soit avant tout une lecture plaisir avec un brin de sarcasme et de cynisme tout en éduquant.

Comme les copines Moka et Noukette, je ne peux que vous encourager à découvrir ces histoires, tellement cela est passionnant et édifiant.

Les héroïnes sont définies par ce qu’elle sont, et pas par ce qu’elles font. Ainsi, leur grande beauté est systématiquement mise en avant (Belle à ravir – Cheveux d’or – La plus jolie qu’on eût vue sous le soleil – D’une grande beauté – Cou gracile). Les méchantes sont moches.
A l’inverse, l’apparence des héros, on s’en fout un peu. Les rares fois où elle est mentionnée, elle est associée à d’autres qualificatifs moins superficiels (Fidèle et honnête – Intelligent, beau de sa personne, courageux – Vaillant – Sot – Riche).

Et à la fin, ils meurent – La sale vérité sur les contes de fées de Lou Lubie
Éditions Delcourt
248 pages, 2021

…c’est chez Noukette

18 réflexions sur “ Et à la fin, ils meurent – La sale vérité sur les contes de fées – Lou Lubie 

  1. Natiora dit :

    Il y avait trop de résas à la médiathèque pour que je l’emprunte, j’ai voulu me l’acheter mais il était épuisé, et maintenant qu’il est de nouveau disponible j’ai pu le réserver. Donc j’attends sagement mon tour pour le découvrir ^^

    Aimé par 1 personne

  2. nathaliesci dit :

    Celle-ci il me la faut !! Rien que le titre et la couverture m’ont fait rire… De Lou Lubie, je viens de lire « Goupil ou Face » ou elle parle de sa cyclothymie. Très bien fait et super intéressant !

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s