L’Internet de la haine – Emmi Nieminen & Johanna Vehkoo

Si on intervient seulement dans les cas extrêmes, où place-t-on la limite?

Parce qu’elles l’ont ouverte un peu trop fort, ou parce qu’elles l’ont ouverte tout simplement, ces femmes ont reçu des tonnes de messages haineux et tous à caractère sexuel sur leur boîte mail, leurs téléphones, leur boîte vocale, sur des forums etc.

Les témoignages proviennent de Finlande mais les mots, les ordures qu’elles ont reçues, sont les mêmes que reçoivent les femmes d’autres pays qui osent se questionner sur la société dans laquelle nous vivons.
Parce qu’elles ont écrit, parce qu’elles sont intervenues dans des débats publics, parce qu’elles ont utilisé leur art pour délivrer un message de tolérance, elles ont été victime de harcèlement sans véritable punition à l’encontre de leurs agresseurs (majoritairement masculin) malgré les captures d’écran, malgré les plaintes à répétition…

Tous ces détracteurs essaient de me fragiliser pour me réduire au silence. Bien sûr, cela me fait parfois de la peine, mais ce qu’ils ignorent est que leur haine nourrit ma force. J’en tire de l’énergie.

C’est un vrai travail d’investigation qu’ont fourni Emmi Nieminem et Johanna Vehkoo pour réaliser cette bande dessinée. Elles exposent d’abord 7 cibles « connues » en Finlande, en relatant leur histoire, la façon dont elles ont réagi aux messages de haine et ce qu’elles pensent de ce qui leur est arrivé.
Ensuite, ce sont au tour de personnes lambda de raconter ce qu’elles ont vécu.

La banalisation de la haine sur Internet a créé une situation où les femmes s’autocensurent allant jusqu’à se retirer de la toile. Elles sont nombreuses à avoir renoncé au débat public afin de protéger leur intégrité.

Ce qui pour moi est le plus intéressant ( il est évident que les témoignages le sont aussi) ce sont les derniers chapitres qui prennent tout autant de pages que les paroles des victimes, et qui abordent le harcèlement d’un point de vue sociologique, qui donnent la parole à des chercheurs et chercheuses, qui permettent de comprendre les différentes étapes du harcèlement et surtout les façons dont on peut réagir par rapport à ces attaques.

152 pages qui abordent le cyberharcèlement tant dans le fond que dans la forme. Je n’en attendais pas moins venant de cette merveilleuse collection « Sorcières » édité chez Cambourakis.

L’internet de la haine de Emmi Nieminem &Johanna Vehkoo, traduction du finnois Kirsi Kinnunen, Editions Cambourakis, Collection Sorcières, 2019, 152 pages –

… c’est chez Stephie

30 réflexions sur “ L’Internet de la haine – Emmi Nieminen & Johanna Vehkoo

  1. flyingelectra dit :

    j’imagine combien de gens vont se précipiter à la bibliothèque quand elles vont rouvrir .. sinon, je passe, j’ai essayé de lire Les crocodiles jaunes (?) mais étant référente égalité à mon travail, je suis déjà sensibilisée et j’avais envie de me changer les idées avec des lectures plus joyeuses si tu comprends. Néanmoins je valide tout à fait que les BD s’attaquent à ces sujets.

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s