Je me souviens: Beyrouth – Zeina Abirached

Je ne me souviens pas du dernier jour de la guerre.

img_20170227_194908

Après avoir beaucoup apprécié « Le Piano oriental« , je me réjouissais de découvrir l’auteure avec une  bande dessinée plus intime et personnelle. Et de nouveau, j’ai aimé ces tranches de vie basées sur le modèle de Georges Perec « Je me souviens« .

Zeina Abirached revient sur des moments graves ou heureux qui ont jalonné sa vie et qui sont ancrés dans sa mémoire dans un Liban en guerre.

img_20170227_193146

Les souvenirs sont racontés sur une page voire deux et permettent de saisir l’enjeu de ces pensées.

Du sourire aux frissons, ces quelques pages se lisent d’un souffle et j’en redemande. Avant de rendre ce livre à la bibliothèque, je l’ai lu deux fois. Pour capter chaque dessin et chaque souvenirs.

img_20170227_193218

Le noir et le blanc sont encore privilégiés et je trouve le choix très judicieux. Les détails sont nombreux et je me suis amusée à les observer  tendrement.

Je ne suis pas prête à laisser tomber cette auteure qui arrive à me toucher avec sa simplicité.

« Rien ne distingue les souvenirs des autres moments. Ce n’est que plus tard qu’ils se font reconnaître à leurs cicatrices ». Chris Marker

– Je me souviens : Beyrouth de Zeina Abirached, Editions Cambourakis, 2008, 96 pages – 

Cette semaine, c’est Moka qui accueille les amoureux des bulles!

BD-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Publicités

27 réflexions sur “Je me souviens: Beyrouth – Zeina Abirached

  1. Marie-Claude dit :

    Tu as bien raison d’apprécier! Je suis fan de Zeina Abirached, de ses histoires et de son dessin (ses boucles de cheveux aussi!). Je garde précieusement dans ma bibliothèque « Je me souviens » et « Le jeu des hirondelles ». J’aime sa sensibilité et sa façon de traiter le Liban en guerre. Une approche qui me fait évidemment penser à « L’Arabe du futur », dans un tout autre contexte.
    Ne me manque que « Le piano oriental » qui, par son sujet, me tente un peu moins.

    Aimé par 1 personne

  2. Mo' dit :

    Je n’ai pas lu ce titre mais comme toi, j’avais bien aimé « Le Piano oriental » (un peu moi « Mourir Partir revenir…)
    Je découvrirais volontiers ce récit-là 😉 Merci pour l’article !

    Aimé par 1 personne

  3. Laeti dit :

    Le noir semble dur! Et je l’avoue, il ne m’attire pas plus que ça dans une BD mais j’avoue qu’il colle bien au style graphique. Par contre, je pourrais me laisser tenter par les blocs textes que j’apprécie particulièrement.

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s