Celui qui va vers elle ne revient pas – Shulem Deen

C’était la crainte de l’inconnu qui m’incitait à garder la foi. Si je cessais de croire, me disais-je, qu’adviendrait-il de moi? Cesserai-je aussi de manger casher? De faire shabbat? Irais-je danser à la synagogue sans mon chapeau? Et qu’en penseraient les entremetteurs?

Les premiers mots

Je n’étais pas le premier à être banni de notre communauté. Je n’avais pas rencontré mes prédécesseurs, mais j’en avais entendu parler à voix basse, comme on chuchote une rumeur honteuse. Leurs noms et le récit de leurs agissements émaillaient l’histoire de notre village, fondé un demi-siècle plus tôt. On évoquait dans un mur-mure ces êtres subversifs qui avaient attenté à notre fragile unité : les quelques belz qui avaient souhaité former leur propre groupe de prière ; le jeune homme qui aurait été surpris en train d’étudier les textes fondateurs de la dynastie hassidique de Bratslav, et même le beau-frère du rebbe, accusé de fomenter une sédition contre lui. Tous avaient été bannis, comme moi. Mais j’étais le premier qu’on bannissait pour hérésie.

Lire la suite

Un livre de martyrs américains -Joyce Carol Oates

Les premiers mots

Muskegee Falls, Ohio
            Dis seulement un mot et mon âme sera guérie.
Le Seigneur me le commanda. Dans tout ce qui arriva, ce fut Sa main qui ne faiblit pas.
Des cris éclatèrent :  » Reculez! »
C’était Voorhess que le fusil visait en premier. le médecin avorteur enjoignant d’une voix rauque: « Reculez! Posez cette arme! »
Et d’autres cris: « Non! Non! »

Lire la suite

Au commencement était la mer – Maïssa Bey 

Elle a dix-huit ans, Nadia, et elle veut vivre. Vivre ses dix-huit ans brodés d’impatience, de désirs imprécis et fugitifs.

img_20161106_114632

Les premiers mots

Derrière les volets fermés, l’aube a envahi la plage. Des lueurs timides se glissent dans la chambre, sur les motifs délavés des carreaux, et strient de rais plus pâles le visage de Fériel profondément endormie.
Nadia s’attarde un moment à la regarder. 

Lire la suite

Les jours fragiles – Philippe Besson

Nous sommes une famille disloquée, détraquée. Avons-nous jamais été autre chose?

IMG_20160901_115752

Les premiers mots

Vendredi 22 mai

Dans notre famille, les hommes ne restent pas.
Vrai, quand on y songe, ils n’ont jamais rien fait d’autre que s’éloigner, prendre le large, et s’affranchir de nous, les femmes, condamnées à demeurer au pays, reliées à la terre. Je n’ai cessé de me demander d’où ils tenaient cette attirance pour d’autres ciels, alors que le ciel est le même partout.

Lire la suite

L’intérêt de l’enfant – Ian McEwan

Ecouter Adam l’émut et la déconcerta à la fois.
Apprendre le violon ou tout autre instrument de musique était un acte d’espoir, de foi en l’avenir.

IMG_20160707_135340

Résumé: À l’âge de cinquante-neuf ans, Fiona Maye est une brillante magistrate spécialiste du droit de la famille. Passionnée, parfois même hantée par son travail, elle en délaisse sa vie personnelle et son mari Jack. Surtout depuis cette nouvelle affaire : Adam Henry, un adolescent de dix-sept ans atteint de leucémie, risque la mort. Les croyances religieuses de ses parents interdisant la transfusion sanguine qui pourrait le sauver, les médecins s’en remettent à la cour. Après avoir entendu les deux parties, Fiona décide soudainement de se rendre à l’hôpital, auprès du garçon. Mais cette brève rencontre s’avère troublante et, indécise, la magistrate doit pourtant rendre son jugement.

Les premiers mots

Londres. Une semaine après la Pentecôte. Pluie implacable de juin. Fiona Maye, juge aux affaires familiales, un dimanche soir, chez elle, allongée sur une méridienne, regardant fixement, au-delà de ses pieds gainés par un collant, le fond de la pièce, un pan de la bibliothèque installée en retrait de la cheminée, et de l’autre côté, près d’une haute fenêtre, la minuscule lithographie de Renoir représentant une baigneuse, achetée trente ans plus tôt pour cinquante livres. Sans doute un faux.

Lire la suite

Daddy Love– Joyce Carol Oates 

Tu es en sécurité maintenant, fils. Protégé.

Nous serons bientôt à la maison.

13183493_1560404380927349_1274592553_n(1)

RésuméAvec Daddy Love, Joyce Carol Oates plonge son lecteur dans l’horreur. Une horreur qui commence dans le centre commercial où Robbie Whitcomb, cinq ans, est enlevé sous les yeux de sa mère. Le ravisseur, un technicien du kidnapping, collectionne les petits garçons… 

(et je coupe le résumé tout comme Plume de Cajou, pour ne pas en dire trop !)

Les premiers mots

Donne-moi la main, dit-elle.
Il le fit. Il tendit sa petite main à maman. C’était peut-être cinq minutes avant l’enlèvement.
Est-ce qu’il voyait leur voiture? demanda-t-elle. Est-ce qu’il se rappelait où ils s’étaient garés?
C’était une sorte de jeu auquel elle avait déjà joué avec lui. Il était chargé de se rappeler où ils garaient la voiture dans le centre commercial, cela afin de lui apprendre à regarder avec attention et à se souvenir.

Lire la suite