La langue des bêtes– Stéphane Servant

Celui qui sait lire peut comprendre le monde. Celui qui écrit peut le changer.

Les premiers mots

Les renards arrivent avec la nuit.
La Petite les entend avant de les voir.
Leurs pattes comme des marteaux d’orfèvres font sonner l’écrin brun des bois.
Une minuscule tambour fouetté par les doigts têtus de l’automne naissant.
Au-delà des carcasses de voitures, là-bas, à la lisière de la forêt, les brindilles claquent, les carapaces craquent. Partout, les lapereaux frissonnent. Et les renards tremblent bien plus qu’eux. 
La Petite le sent.

Lire la suite

Histoire du garçon qui courait après son chien qui courait après sa balle– Hervé Giraud

Nous, on est papa, maman, le chien, ma sœur et moi.

Les premiers mots

On était trois comme les trois doigts de la main ( de la tortue Ninja); on était réunis dans le ventre de ma mère et on a grandi ensemble: Cali ma soeur, Rubens le chien et moi.
Souvent, on s’asseyait au bord de la rivière, épaule contre épaule, le chien au milieu. On regardait dans la même direction.

Lire la suite

Quatre coeurs imparfaits – Véronique Ovaldé & Véronique Dorey

IMG_20160824_093705Les premiers mots

Rosa Luisa avait eu trois sœurs.
La plus jeune était folle, la deuxième était pute, la troisième était morte.
J’étais la fille de la troisième et j’habitais avec Rosa Luisa, l’aînée des sœurs.
Je me souviens que Rosa Luisa devait bien avoir cent ans et qu’elle était vierge.
Il y avait donc Rosa Luisa la vierge, Maria Cristina ma mère morte, Mercedes la pute et Pepina la folle.

Lire la suite

Les jours fragiles – Philippe Besson

Nous sommes une famille disloquée, détraquée. Avons-nous jamais été autre chose?

IMG_20160901_115752

Les premiers mots

Vendredi 22 mai

Dans notre famille, les hommes ne restent pas.
Vrai, quand on y songe, ils n’ont jamais rien fait d’autre que s’éloigner, prendre le large, et s’affranchir de nous, les femmes, condamnées à demeurer au pays, reliées à la terre. Je n’ai cessé de me demander d’où ils tenaient cette attirance pour d’autres ciels, alors que le ciel est le même partout.

Lire la suite

Que du bonheur! – Rachel Corenblit 

Si je suis élue Miss Camping, je garderai mes poils sous les bras en signe de protestation contre la tyrannie de l’apparence!

IMG_20160730_164137

Après deux semaines de congés et quelques jours en Bretagne, je reviens avec un livre dévoré en une après-midi sur une belle plage bretonne. 

Ce livre n’était pas prévu dans mes lectures de l’été, (encore une fois) mais que vous voulez vous… je n’ai pas pu résister!

Les premiers mots

« Lectrice, lecteur, ceci est un chapitre d’introduction. Un chapitre qui sert d’introduction doit présenter la situation d’une façon claire et précise. Camper le décor, donner un aperçu des personnages principaux. C’est moi, le personnage principal de cette histoire ! Angela Milhat, presque quinze ans, les cheveux presque bruns, les yeux presque verts, les dents presque droites. Et dans mon cas, ce n’est vraiment pas compliqué. C’est même très simple : ma vie est comme une bouse de vache qui sèche en plein soleil : plate, puante et inutile… »

Lire la suite

Coup de Meltem – Sigrid Baffert

IMG_20160701_105722
Résumé :
 Face à son père, Virgil ne s’est jamais vraiment senti à la hauteur. Quand vient ce fameux jour où la réalité dépasse la fiction… »Qui aurait imaginé qu’en plongeant ce jour-là, je nagerais plus loin que le bout du bassin, jusqu’à un puits profond, rempli de questions? Au moins, il y aura eu du bon dans la compétition. J’aurai nagé jusqu’à la source, comme les saumons. Je m’appelle Virgil, j’ai seize ans et je ne suis pas celui que je crois. »

Les premiers mots:

2012, Massachussets, USA

Si je suis là devant vous, moi, Virgil, c’est qu’un jour, j’ai été le premier. Si je suis là, c’est qu’un jour, j’ai gagné la course la plus folle dans le plus fou des bassins olympiques : la course à la vie. Un seul spermatozoïde sur la ligne d’arrivée, des millions de perdants scotchés au néant. Coincés dans le rien avant même d’avoir commencé, ça doit être rageant. Je me demande souvent à quoi ressemble le bassin des perdants

Lire la suite

Les foudroyés – Paul Harding 

Le monde se sépara de mon père comme lui-même se sépara de nous. Nous étions devenus son rêve.

IMG_20160625_164513

Résumé: Oscillant entre ombre et lumière, étendu dans son salon, George se meurt parmi les siens. Tandis que s’égrènent les dernières heures et que le monde lui échappe, autour de lui se pressent les images, visions hallucinées et souvenirs. Au fil de ce roman familial où trône la fascinante silhouette d’un père colporteur, la vie se cristallise peu à peu, victorieuse et guérie du temps.

Les premiers mots

George Washington Crosby se mit à avoir des hallucinations huit jours avant de mourir. Du lit médicalisé de location installé au centre de son salon, il vit des insectes entrer et sortir à toute vitesse par des fissures imaginaires dans le plâtre du plafond.

C’est une lecture en demi-teinte que je vous propose aujourd’hui. Je ne peux pas dire que j’ai adoré et je ne peux pas dire non plus que j’ai détesté. Je vous explique: Lire la suite