Moi, ce que j’aime, c’est les monstres– Emil Ferris

Parfois des choses si terribles surviennent que les gens veulent que le monde soit à l’image de ce qu’ils ressentent au plus profond d’eux.

Lire la suite

Publicités

Comme un seul homme– Daniel Magariel

Elle se serait accusée du mauvais temps si cela avait pu écourter d’une seconde ce déferlement de violence.

Les premiers mots

Mon père faisait des embardées pour éviter les voitures, il conduisait trop vite, klaxonnait. J’ai posé la tête sur la sangle de la ceinture de sécurité, m’efforçant d’ignorer la vitesse à laquelle il roulait, sans savoir s’il essayait d’éviter la tempête ou s’il était juste en colère contre moi.

Lire la suite

4321– Paul Auster

Ferguson n’avait pas encore cinq ans mais il savait déjà que le monde se composait de deux royaumes, le visible et l’invisible, et que les choses qu’il ne pouvait voir étaient souvent plus réelles que celles qu’il voyait.

Les premiers mots

Selon la légende familiale, le grand-père de Ferguson serait parti à pied de sa ville natale de Minsk avec cent roubles cousus dans la doublure de sa veste, il aurait fait route vers l’ouest jusqu’à Hambourg en passant par Varsovie et Berlin et il aurait acheté un billet sur un bateau baptisé l’Impératrice de Chine qui traversa l’Atlantique à travers de rudes tempêtes hivernales pour entrer dans le port de New-York le premier jour du XXe siècle.

Lire la suite

Le jeu de la musique– Stéfanie Clermont

Elle guette les occasions de commencer à vivre « vraiment », qui ne viennent pas.

Les premiers mots

C’était un lieu vivant, sans obligations, où de l’eau propre (ou qu’on pourrait croire propre) avait, on ne sait plus comment, trouvé les tuyaux et rempli d’anciens réservoirs gros comme des petites piscines creusées où des bancs de poissons rouges et blancs vivaient, mystérieusement, été après été.

Lire la suite

Les grandes marées– Jim Lynch

Les adultes sont toujours plus fascinés par ce que vous pouvez devenir que par ce que vous êtes.

Les premiers mots

Très tôt, j’ai compris que lorsque vous racontez aux gens ce que vous observez à marée basse, ils pensent que vous exagérez ou que vous mentez, alors qu’en fait vous essayez simplement d’expliquer des choses étranges et merveilleuses, aussi clairement que possible. Le plus souvent, je minimisais ce que je voyais, car je ne trouvais pas de mots assez forts, mais c’est la nature même du milieu marin qui veut ça, ainsi que les rivages où j’ai grandi.

Lire la suite

J’ai longtemps eu peur de la nuit – Yasmine Ghata

Cette valise était devenue une maison de fortune dans ce paysage aux mille collines.

img_20170212_083637

Les premiers mots

Ce jour-là, les élèves étaient très dissipés. Une femme est entrée dans la salle de classe vous priant de regagner vos chaises et d’observer le silence. Elle a écrit son nom au tableau. Elle a ensuite posé la craie délicatement et vous a regardés avec des yeux perçants. Tu n’étais pas très concentré, tu ne comprenais pas la raison de son intervention. Elle a longuement parlé des anciens objets de famille. Tu t’es dit que cet atelier d’écriture ne s’adressait sûrement pas à un orphelin exilé comme toi. 

Lire la suite