J’ai longtemps eu peur de la nuit – Yasmine Ghata

Cette valise était devenue une maison de fortune dans ce paysage aux mille collines.

img_20170212_083637

Les premiers mots

Ce jour-là, les élèves étaient très dissipés. Une femme est entrée dans la salle de classe vous priant de regagner vos chaises et d’observer le silence. Elle a écrit son nom au tableau. Elle a ensuite posé la craie délicatement et vous a regardés avec des yeux perçants. Tu n’étais pas très concentré, tu ne comprenais pas la raison de son intervention. Elle a longuement parlé des anciens objets de famille. Tu t’es dit que cet atelier d’écriture ne s’adressait sûrement pas à un orphelin exilé comme toi. 

Lire la suite

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – Harper Lee

Jem me contrariait parfois au point de me donner des envies de meurtres mais, au fond, il était tout ce que j’avais.

img_20170129_115734

Les premiers mots

Mon frère Jem allait sur ses treize ans quand il se fit une vilaine fracture au coude mais, aussitôt sa blessure cicatrisée et apaisées ses craintes de ne jamais pouvoir jouer au football, il ne s’en préoccupa plus guère. Son bras gauche en resta un peu plus court que le droit; quand il se tenait debout ou qu’il marchait, le dos de sa main formait un angle droit avec son corps, le pouce parallèle à la cuisse. Cependant, il s’en moquait, du moment qu’il pouvait faire une passe et renvoyer le ballon.

Lire la suite

L’orangeraie – Larry Tremblay

Celui qui a le courage de s’élever embrasse d’un seul coup d’oeil toute sa vie. Et aussi toute sa mort.

img_20161011_114158

Les premiers mots

Si Amed pleurait, Aziz pleurait aussi. Si Aziz riait, Amed riait aussi. Les gens disaient pour se moquer d’eux: « Plus tard ils vont se marier ». Leur grand-mère s’appelait Shahina. Avec ses mauvais yeux, elle les confondait tout le temps. Elle les appelait ses deux gouttes d’eau dans le désert. Elle disait : « Cessez de vous tenir par la main, j’ai l’impression de voir double. » Elle disait aussi : « Un jour, il n’y aura plus de gouttes, il y aura de l’eau, c’est tout. » Elle aurait pu dire : « Un jour, il y aura du sang, c’est tout. »

C’est une douce odeur d’oranges qui m’a accompagnée tout au long de ce douloureux récit.  Lire la suite

Quatre coeurs imparfaits – Véronique Ovaldé & Véronique Dorey

IMG_20160824_093705Les premiers mots

Rosa Luisa avait eu trois sœurs.
La plus jeune était folle, la deuxième était pute, la troisième était morte.
J’étais la fille de la troisième et j’habitais avec Rosa Luisa, l’aînée des sœurs.
Je me souviens que Rosa Luisa devait bien avoir cent ans et qu’elle était vierge.
Il y avait donc Rosa Luisa la vierge, Maria Cristina ma mère morte, Mercedes la pute et Pepina la folle.

Lire la suite