Des souris et des hommes – John Steinbeck

– Tu resteras là sans rien dire. S’il s’aperçoit combien t’es idiot, il nous embauchera pas, mais s’il te voit travailler avant de t’entendre parler, ça ira. T’as compris ?
– Pour sûr, Georges, pour sûr que j’ai compris.

Les premiers mots

À quelques milles au sud de Soledad, la Salinas descend tout contre le flanc de la colline et coule, profonde et verte. L’eau est tiède aussi, car, avant d’aller dormir en un bassin étroit, elle a glissé, miroitante au soleil, sur les sables jaunes.

Lire la suite

On achève bien les chevaux– Horace McCoy

Je suis lasse de vivre, et j’ai peur de mourir.

Les premiers mots

Accusé, levez-vous…
Je me suis levé. L’espace d’un instant, j’ai revu Gloria assise sur ce banc de la jetée. La balle venait de la frapper sur le côté de la tête; le sang n’avait même pas commencé à couler. L’éclair de la déflagration illuminait encore son visage. Lire la suite

S’il braille, lâche-le – Chester Himes

Tout ce que je voulais, c’est que les Blancs me laissent tranquille, ne me disent rien, ne me regardent même pas. Ils pouvaient garder leur vacherie de monde et aller se faire foutre avec.

Les premiers mots

J’étais en train de rêver qu’un type me demandait si je voulais un chien et je répondais ouais, j’aimerais bien, alors il est parti et il est revenu avec petit cabot noir qui avait des poils raides, dorés au bout, et des yeux tristes, un peu comme un fox à poil dur.

Lire la suite

Le monde selon Garp– John Irving

Si Garp avait eu le droit de formuler un seul souhait, un souhait immense et naïf, il aurait souhaité pouvoir transformer le monde en un lieu sûr. Pour les enfants, pour les adultes.

Les premiers mots

La mère de Garp, Jenny Fieds, fut arrêtée en 1942, à Boston, pour avoir blessé un homme dans un cinéma. Cela se passait peu de temps après le bombardement de Pearl Harbor par les Japonais, et les gens manifestaient une grande tolérance envers les militaires, mais Jenny Fields, pour sa part, restait inébranlable dans l’intolérance que lui inspirait la conduite des hommes en général et des militaires en particuli.

Lire la suite

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – Harper Lee

Jem me contrariait parfois au point de me donner des envies de meurtres mais, au fond, il était tout ce que j’avais.

Résultat de recherche d'images pour "ne tirez pas sur l'oiseau moqueur"

Les premiers mots

Mon frère Jem allait sur ses treize ans quand il se fit une vilaine fracture au coude mais, aussitôt sa blessure cicatrisée et apaisées ses craintes de ne jamais pouvoir jouer au football, il ne s’en préoccupa plus guère. Son bras gauche en resta un peu plus court que le droit; quand il se tenait debout ou qu’il marchait, le dos de sa main formait un angle droit avec son corps, le pouce parallèle à la cuisse. Cependant, il s’en moquait, du moment qu’il pouvait faire une passe et renvoyer le ballon.

Lire la suite