Je suis une île -Tamsin Calidas 

Les premiers mots

Lorsque vous arrivez à Oban, la première chose que vous remarquerez est la mer grise et une haie resserrée, recroquevillée, qui niche au creux du bras protecteur de son port en contrebas. De loin, la marée est étrangement épaisse, informe masse d’eau lente et agitée.

Lire la suite

Mille secrets mille dangers – Alain Farah 

Je me réveille en sursaut, je ne sais plus très bien qui je suis, ce que je suis. Je me répète mille fois mon nom.

Yeux bleus, je vous vois.
Shafik Elias a relevé la tête, sur le point de conclure. Il parcourt la salle du regard, glissant sur les visages connus, les visages inconnus. Silence complet, ardent, presque religieux. L’écoute est à son acmé. Shafik se penche une dernière fois vers le micro. Il tient le pupitre du bout des doigts, prend une grande respiration, puis dit :
— Je m’en voudrais de vous quitter sans citer cette phrase que mon père me répétait chaque soir avant que je ne m’endorme : Al dounia fania wa al zaman kabass. Oui, mes amis, profitons de cette belle soirée, car cette vie où nous sommes plongés est un piège, un piège qui sommeille dans la prison du temps.

Lire la suite

Lettre à Benjamin – Laurence Leduc-Primeau 

Comment réconcilier l’idée que tu m’aimais, que tu aimais notre histoire, notre vie, avec le fait que tu t’es tué ?

Les premiers mots

J’ai eu cette idée de t’écrire une lettre – tant qu’à te parler à longueur de journée. Une lettre qui ira – je ne sais pas, on verra.
Tu es mort et je sais plus vivre. Et je me demande ce que t’avoir accompagné si loin, si longtemps, jusqu’au seuil de la mort, m’aura appris.
Tu sais, non, fuck, pas ce genre de lettre. Comment te dire toutes ces heures que je passe affalée quelque part à pleurer ma vie.

Lire la suite

Les libellules rouges – Reiko Kruk-Nishioka

Je voulais voir le monstre, cette bombe d’un type nouveau qui dépassait l’imagination et que, déjà, on commençait à appeler « la bombe d’Hiroshima et Nagasaki ».

Les premiers mots
Le vrombissement des Libellules rouges fait vibrer les vitres de la salle de classe.
Les voilà! Il n’y a pas que les vitres de la classe qui vibrent. Ça vibre aussi dans la poitrine de Keiko.

Lire la suite

Manuel à l’usage des femmes de ménage– Lucia Berlin

La mort panse les plaies, elle nous apprend à pardonner, nous rappelle que nous ne voulons pas mourir seuls.

Les premiers mots

Un grand et vieil Indien en Levi’s délavé et belle ceinture zuni. Longs cheveux blancs, retenus par un bout de ficelle framboise sur la nuque. Ce qui est étrange, c’est que pendant à peu près une année on se trouvait au lavomatic toujours au même moment. Mais pas aux mêmes moments. Par exemple, j’y allais certaines fois le lundi à sept heures du matin ou le vendredi à six heures et demie du soir et il était déjà là.

Lire la suite