Strega – Johanne Lykke Holm 

Strega était des filles qui se tressaient les cheveux les unes aux autres d’une façon particulière. Des filles qui transportaient de grosses pierres à travers les montagnes.

Les premiers mots

Je me contemplai dans le miroir. J’y reconnus une femme jeune, mais déchue. Je me penchai pour presser ma bouche contre le miroir. La buée se diffusa sur le verre comme de la vapeur dans une pièce où quelqu’un avait dormi aussi profondément qu’un mort.

Un matin, Rafaela quitte sa maison pour se rendre à Strega, dans un hôtel pour y travailler en tant que saisonnière avec huit autres jeunes filles du même âge, dix-neuf ans.
Arrivée là-bas, Rafa sent instantanément l’atmosphère étrange l’envelopper.
Ces jeunes filles doivent travailler mais aucun client ne franchit les portes. Si elles répètent les mêmes gestes jour après jour c’est pour aussi les préparer à la vie de femme,  de celle qui doit être parfaite dans sa vie de famille avec mari et enfant. De bonnes petites ménagères en somme.

Dès lors, les amitiés se forment et pour tenter d’accepter ce travail inutile et abêtissant, ces jeunes filles redeviennent des adolescentes parfois indolentes, parfois rebelles.

Si l’histoire met du temps à se mettre en place, c’est parce qu’elle est soutenue par une narration qui participe à cette impression de lenteur notamment avec les répétitions des actions journalières, l’utilisation presque systématique du passé simple et les descriptions précises.

Je soupirai bruyamment et laissai tomber mes mains sur mes geboux. Je me sentais laide et ratée. J’essayai de comprendre comment je pourrai supporter cette longue vie où l’on devait se faire femme chaque matin.

En lisant Strega, j’ai souvent pensé à un scénario de film qui reposerait uniquement sur la mise en place d’une atmosphère avec des personnages insaisissables et étonnants. Un peu à la Sofia Coppola comme décrit sur la quatrième de couverture.
J’ai accepté ce sentiment de flou et de brouillard pour me laisser porter par le destin de Rafa et des ses amies.

Strega est un étrange récit mais celui-ci répond merveilleusement bien à la ligne éditoriale de La Peuplade.

Strega de Johanne Lykke Holm
Traduit du suédois par Catherine Renaud
Éditions La Peuplade
256 pages, septembre 2022

Publicité

4 réflexions sur “ Strega – Johanne Lykke Holm 

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s