Les occasions manquées – Lucy Fricke 

Je ne savais plus très bien qui conduisait qui, ni où. Ni vers quels adieux nous roulions, quels souvenirs nous poursuivions.

Les premiers mots

Déjà trois jours que j’étais coincée ici. La nuit, les rats passaient en trombe dans les ruelles ; le jour, les touristes s’entassaient devant la fontaine de Trevi. Des gardes armés de mitraillettes surveillaient l’entrée des musées ; les stations de métro, trop sombres pour qu’on voie leur crasse, puaient, et pour le Vatican, il aurait fallu s’inscrire en ligne.

Une a perdu celui qui avait pris le rôle de père, l’autre va bientôt perdre le sien. La première s’appelle Betty, la deuxième Martha, deux allemandes, quadra et meilleures amies pour la vie. Quand Martha a une demande particulière de son père, l’amener en Suisse dans une clinique d’aide au suicide, c’est tout naturellement vers son amie qu’elle se tourne. Les voilà embarquées dans ce road-trip en compagnie de Kurt, le paternel, homme au caractère bien trempé.

En la prenant dans mes bras, j’ai senti à quel point elle était tendue, comme si elle n’avait quasiment pas respiré depuis des heures, comme si elle avait décidé de retenir son souffle jusqu’à ce que tout soit fini.

Lucy Fricke, écrivaine allemande, signe ici un roman aux allures de tragi-comédie emmené par deux personnages de femmes attachantes. Le sujet est on ne peut plus sensible, mais très vite le roman prend un tournant assez inattendu qui le transforme en road-movie assez burlesque tout en n’oubliant pas les buts de Betty et de Martha.

En prenant la symbolique du voyage pour se (re)trouver, l’autrice fait sillonner nos héroïnes de l’Allemagne à la Suisse, puis de l’Italie à la Grèce et ces traversées sont l’occasion pour elle de réfléchir à leurs relations parfois tendues et extrêmes avec les pères biologiques ou choisis. L’autrice a eu l’audace d’employer un humour noir et cynique pour aborder la mort et la paternité mais j’ai ressenti un essoufflement au fur et à mesure de la lecture. Le tout servi par un trop grand nombre d’aphorismes lancés par Betty qui n’amenaient pas ni substance ni force. Cette histoire s’échappera un peu trop vite de mes souvenirs de lecture mais elle aura eu le mérite de me faire passer un moment de lecture émouvant.

Occasions manquées de Lucy Fricke
Traduit de l’allemand par Isabelle Liber
Éditions Le Quartanier, collection Série QR
288 pages,
septembre 2021
Littérature étrangère / Histoires de familles

13 réflexions sur “Les occasions manquées – Lucy Fricke 

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s