Tableau final de l’amour – Larry Tremblay

J’étais convaincu que l’art, n’appartenant pas au domaine de l’éthique, se nourrissait autant d’or que d’ordures.

Les premiers mots

Tu es venu pour me voler. Je dormais dans mon atelier. Sale et taché. J’ai entendu une vitre voler en éclats. L’intrus qui s’approchait de moi n’était pas subtil. Mais j’étais heureux que quelque chose se produise dans ma nuit solitaire. Peut-être ai-je espéré que c’était la mort qui entrait chez moi par effraction. Alors, question de ne pas l’effrayer, j’ai fait le mort.

Tu es entré chez lui par effraction, pensant lui voler de l’argent, et ne connaissant pas sa renommée internationale de ce peintre . Il t’a promis qu’il ne porterait pas plainte même si pendant cette nuit, vous vous êtes battus et que vos corps ont claqué l’un contre l’autre. Lui, Francis Bacon, est tombé sous ton charme, instantanément. Toi, petit voleur, tu as hésité à répondre aux avances de cet homme un peu plus âgé que toi mais qui t’impressionnait. Te peindre a été une de ses demandes. Tu as accepté mais votre relation était toutefois très étrange. Entre amour et haine, entre douceur et violence, vous ne saviez pas sur quel pied danser.

Il t’a donné de l’argent, un toit, de l’affection. Tu lui as laissé une empreinte indélébile dans son cœur. Tes portraits relevaient toute la hargne qui régnait dans l’atelier du maitre.

Entre vous deux, un lien indéfectible et pourtant une impossibilité de vivre ensemble.

Francis Bacon et George Dyer, sans jamais être nommés, sont ici racontés par le talentueux Larry Tremblay. L’auteur s’est librement inspiré de quelques éléments de la vie du peintre et de son histoire d’amour avec Dyer pour en faire un récit sur l’amour, la perte de raison et le deuil.

Je ne voulais pas t’admirer, seulement te cadrer, profiter de ton corps, le fourrer dans ma peinture. Tu étais le sac de sensations que je cherchais, le contenant que je désirais vider et lancer à grands jets sur ma toile.

Ce « tu » utilisé par Bacon pour parler à son amant est une sorte de lettre d’adieu qui expliquerait toute leur histoire et le mal qu’ils se sont infligé l’un à l’autre. Car si l’attirance est réciproque, la façon dont ils s’aiment relève surtout de la violence et de la jalousie maladive.

De ce peintre, je ne connaissais que le nom mais j’ignorais tout de ses œuvres et de ses portraits figuratifs. C’est donc sans apriori que je me suis glissée dans cet atelier, à découvrir son enfance, ses passages par la prostitution et ensuite le succès fulgurant. Lire une biographie aussi romancée cela questionne mais cela rend aussi curieux et permet d’aller chercher les informations pour trier les vraies des fausses.

Ce livre signe ma troisième rencontre avec Larry Tremblay après le très beau « L’orangeraie » et le très énigmatique « L’œil soldat« .

Tableau final de l’amour de Larry Tremblay
Édition La Peuplade
216 pages, août 2021
Art et littérature

17 réflexions sur “ Tableau final de l’amour – Larry Tremblay

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s