Fragments d’un voyage immobile – Fernando Pessoa 

45
La vie me fait mal, à petits coups, à petits traits, par intervalles.

Les premiers mots

1
La littérature, comme toute forme d’art, est l’aveu que la vie ne suffit pas.

Découvrir un auteur par des fragments, par des bouts de recueils choisis par le traducteur, est peut-être risqué. On se confronte alors à un choix personnel et on risque de ne pas saisir toute la beauté et complexité de l’œuvre entière. Mais une fois commencés, ces fragments ont eu l’art de percuter l’amoureuse de poésie que je suis. Pessoa, poète et artiste, dit son amour pour l’art, dit aussi sa vision du monde, rêveuse, nostalgique et mélancolique.

158
Je ne suis rien.
Je ne serai jamais rien.
Je ne peux vouloir être rien.
À part ça, je porte en moi tous les rêves du monde.

Les extraits sont proposés par ressemblance de thème, l’art, les sensations, l’univers, la rêverie, le monde avec les autres, la vie et la mort. Vite lus, mais pas pour autant vite oubliés, certains fragments restent gravés quand d’autres glissent plus facilement.

22
Mon âme est un orchestre secret; j’ignore quels instruments je pince et lesquels grincent à l’intérieur de moi. Je ne me connais que comme une symphonie.

242 fragments pour appréhender un auteur dont je ne connaissais que de nom et de réputation et qui me donne une furieuse envie de le lire plus longuement. J’espère sincèrement qu’il sera présent cette semaine.

D’ailleurs, dans quel pays du Sud allons-nous voyager cette semaine? Natiora, Une comète, Lolo Coste, Mumu, Alice, Madame lit, Katell

Fragments d’un voyage immobile de Fernando Pessoa
Traduction du portugais par Remy Hourcade
Préface d’Octavio Paz
Éditions Rivages Poche
128 pages, mai 2016
Les Classiques c’est fantastique

(N.B : j’ai abandonné après quelques pages le recueil « Les anges distraits » de Pier Paolo Pasolini. Écrit pour rendre hommage à sa région où il passait ses vacances, le Frioul (d’où mon grand-père paternel est originaire), il reprend une quinzaine de nouvelles et deux récits. Malheureusement, j’ai vite décroché. Cependant, il m’était impossible de ne pas présenter d’auteur/autrice italien.ne alors mercredi vous aurez droit à une lecture plus contemporaine 🙂 )

31 réflexions sur “ Fragments d’un voyage immobile – Fernando Pessoa 

  1. Des Livres Rances dit :

    Ah Pessoa ! Je te conseille vivement au moins « Le gardeur de troupeau », recueil poétique vertigineux. Ce mois- ci je présente sur mon blog l’abyssal « Livre de l’intranquillité » du même auteur dans le cadre du challenge.

    Aimé par 1 personne

  2. Mumu dans le bocage dit :

    J’ai depuis des mois Le livre de l’intranquillité dans ma liste d’envies depuis que j’ai entendu des extraits…. Mais c’est un pavé mais je le garde au chaud car ce que j’avais entendu m’avait beaucoup touchée….. Je ne suis pas très sensible à la poésie pure….. Mais il y a parfois comme cela un poème, je ne sais pas trop pourquoi, qui me touche…. Il faudrait que je m’y intéresse plus 🙂

    Aimé par 3 personnes

  3. Ingannmic dit :

    Je n’ai lu que « Le livre de l’intranquillité », mais c’est en effet un pavé. Ceci dit, vu sa structure (par sorte de fragments, là aussi), on peut le lire de manière désordonnée, en le feuilletant. Un très très grand texte en tous cas. Je l’ai tellement aimé que j’ai même acheté la nouvelle version qu’en ont fait paraître les éditions Bourgois sous le titre « Livre(s) de l’inquiétude ».

    Quelques extraits : …

    « Je considère la vie comme une auberge où je dois séjourner, jusqu’à l’arrivée de la diligence de l’abîme ».
    « Ma vie a préavorté, car même rêvée, elle ne semble offrir aucun attrait ».
    « Mon incapacité à vivre, je l’ai qualifiée de génie, et ma lâcheté, de raffinement (…). Mais je n’ai pu ni me duper moi-même, ni (…) ma conscience de ma propre duperie ».

    Aimé par 2 personnes

  4. flyingelectra dit :

    ah super ! j’ai le livre de l’intranquillité dans ma PAL mais je viens de lire une critique où la lectrice a trouvé le récit très misogyne, du coup ça m’a un peu refroidi – (même positionnement que Houellebecq le mal-aimé) mais bon sinon il me tente beaucoup !

    Aimé par 1 personne

  5. maghily dit :

    Je n’ai jamais lu de Pessoa. Les extraits que tu as choisis sont très beaux 🙂
    Le 22 a su toucher la corde sensible de la musicienne, on dirait 😉

    Je vous laisse encore tombé ce mois-ci : je n’avais finalement rien qui collait dans mes étagères et de toutes façons, j’ai beaucoup de mal à lire en ce moment. :/
    J’espère être de la partie en août ! 🙂

    Curieuse de voir ton choix contemporain 😉

    Aimé par 1 personne

  6. Marie-Claude dit :

    Le livre de l’intranquillité a accompagné mes jours pendant plusieurs mois, dans ma vingtaine. J’en dégustais quelques pages à la fois. Je notais des passages dans un carnet, écrivais mes impressions et réflexions. Un grand, un très grand livre dont je me suis laissée imprégner.

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s