Les étoiles s’éteignent à l’aube – Richard Wagamese

Il connait rien à c’que c’est d’être père et moi je connais rien à c’que c’est d’être fils. Ça fait qu’on est presque pareils, il me semble.

Les premiers mots

Il fit sortir la vieille jument de l’enclos et la mena jusqu’au portail qui donnait sur le champ. Il avait gelé la nuit précédente et ils laissèrent des traces derrière eux. Il enroula la longue autour de la traverse centrale de la clôture et s’en retourna vers l’étable pour y chercher la couverture de selle et la selle.

À quoi ça tient une relation père-fils? Comment se construit-elle? Comment passer sous silence des années d’ignorance, d’alcool en trop et de moments manqués? Comment ignorer les non-dits qui laissent un trou béant dans la construction de soi ?

Alors quand le père, ici en l’occurrence Eldon, demande à son fils Franklin de l’accompagner dans les montagnes pour mourir, ce gamin de seize ans y voit-là une occasion inespérée de rencontrer enfin le passé de son père pour comprendre ce qui l’a amené à l’abandonner à un vieil homme.

Parcourant à deux les paysages des plaines à deux, ils seront confrontés pour la première fois à une proximité jamais vécue où la vérité devra être révélée.

De temps à autre, il me racontait quelque chose sur lui, sur là d’où il venait, certaines de ses aventures. Et parce qu’ils étaient si rares, je m’y accrochais. À chacun de ces mots. Tellement que je pourrais te les redire tout de suite comme ils me reviennent. Je crois que t’apprends à connaitre un père comme ça.

En prenant soin de ne rien oublier, le père remonte dans ses souvenirs, il ne cache pas ses faiblesses, ses peurs, ses erreurs. On est loin du personnage qui se la joue, on rencontre ici, que ce soit chez Eldon ou Franklin, une honnêteté dans les sentiments. Ce garçon et cet homme n’ont pas peur d’évoquer leurs caractères qui pourraient être jugés comme trop sensibles.

Richard Wagamese apporte un roman puissant sur l’amour paternel et le pardon, l’importance des origines et les conséquences quand celles-ci sont tues et niées.

Les étoiles s’éteignent à l’aube de Richard Wagamese
Traduit de l’anglais par Christine Raguet
Éditions 10/18
312 pages, 2017
En sortir 21 en 2021 (9/21)
Lu en lecture commune avec Céline : son billet ici.
Richard Wagamese sur le blog: Jeu Blanc

27 réflexions sur “ Les étoiles s’éteignent à l’aube – Richard Wagamese

  1. Ingannmic dit :

    Une lecture qui m’a marquée, tu as bien défini ce qui ressort de cette rencontre « de la dernière chance » : la sensibilité et la sincérité.
    Et « Starlight » vient juste de sortir en poche, aux éditions ZOE.
    Avant de le lire, je dois m’attaquer à « Jeu blanc », qui m’attend sur mes étagères depuis un petit moment.

    Aimé par 1 personne

  2. maghily dit :

    Je prends enfin le temps de te lire… Et voilà que tu me donnes envie de relire ce roman. 🙂
    J’ai encore des images qui me reviennent de cette lecture près de 2 ans après… Pour dire comme elle est marquante !

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s