Maus -Art Spiegelman 

Je n’arrive même pas à comprendre mes relations avec mon père. Comment pourrais-je comprendre Auschwitz ? L’holocauste ?

On a déjà tout dit à propos de cette œuvre magistrale et pourtant je ne l’ai découverte qu’il y a 6 ans alors qu’elle était mise en évidence dans la bibliothèque. Mon exemplaire n’est pas le mien mais celui de mon mari, cela a son importance, il y est très attaché, j’ai donc du le lire avec la plus grande des précautions. J’avais alors l’impression d’avoir entre les mains un livre en soie, fragile mais beau.

-Je crois que je vois : si vivre c’est gagner, alors mourir c’est perdre.
-Oui. La vie est toujours du côté de la vie, et d’une certaine manière, on en veut aux victimes. Mais ce ne sont pas les meilleurs qui ont survécu, ni qui sont morts. C’était le hasard !

Résumer ce livre serait une gageure tellement il est nécessaire de découvrir ces pages, ces histoires de vie et de mort. Mais aussi cette histoire de filiation, de secrets bien entérinés qui pourrissent les familles, des années après le génocide. User de l’anthropomorphisme pour aborder la Shoah est osé, c’est avoir confiance en son lectorat pour qu’il puisse s’attacher aux personnages-animaux tout en n’oubliant pas l’horreur décrite et en ne prenant pas à la légère les destins racontés. Art Spiegelman raconte son père, avec lequel les relations sont tendues à l’extrême mais le devoir de mémoire transporte le dessinateur dans une quête de la vérité.

C’est une de mes bandes dessinées adorées car elle m’a mis le pied à l’étrier pour découvrir les fabuleux trésors qu’on appelle roman graphique. Avant cette lecture, les bandes dessinées étaient pour moi relayées à des séries bien connues et je n’étais pas spécialement attirée par elles. Et puis la claque est arrivée (au même moment, je découvrais les vidéos archivées de Pénélope Bagieu sur la chaine de madmoiZelle dans lesquelles elle présentait chaque semaine une bande dessinée.)

Si je vous présente Maus aujourd’hui c’est parce que cette bande dessinée est devenue un classique du genre, nous devons continuer à la lire et à la transmettre.

Maus de Art Spiegelman
Traduit de l’anglais par Judith Ertel
Éditions Flammarion
296 pages, 1980 (1998 pour la présente édition)
Les Classiques c’est fantastique / La Bd de la semaine / Prix Pulitzer

…c’est chez Noukette

44 réflexions sur “ Maus -Art Spiegelman 

  1. uneviedevantsoi dit :

    Tu dis que tu ne l’as découvert ‘qu’il y a 6 ans’ et bien figure-toi que je ne l’ai encore jamais lu! Je l’ai vu passer bien sûr mais jamais mis le nez dedans.
    Merci de l’avoir mis ainsi en avant, je vais me l’offrir lors du prochain ‘craquage graphique’.

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s