L’autre moitié du soleil – Chimamanda Ngozi Adichie

Le rouge représentait le sang des frères et sœurs massacrés dans le Nord, le noir était signe de deuil, le vert représentait la prospérité que connaîtrait le Biafra, et, enfin, le demi-soleil jaune symbolisait son avenir glorieux.

Les premiers mots

Master était un peu fou ; il avait passé trop d’années à lire des livres à l’étranger, parlait tout seul dans son bureau, ne répondait pas toujours quand on lui disait bonjour et il avait trop de cheveux. La tante d’Ugwu lui dit tout cela à voix basse tandis qu’ils avançaient le long du chemin. « Mais c’est un homme bon, ajouta-t-elle. Et tant que tu feras bien ton travail, tu mangeras bien. Tu mangeras même de la viande tous les jours. »

Le Nigéria au début des années soixante est un état indépendant, après des années de domination britannique. Pourtant le vent tourne, insidieusement, comme imperceptible. Cela commence dans un brouhaha et devient rapidement une guerre civile, le Biafra, région du sud-est réclame à cor et à cri son indépendance. Deux millions de victimes de la famine, la plupart des femmes et des enfants, dûe au blocus terrestre et maritime par les troupes gouvernementales.

Et dans cette atmosphère de guerre et de faim, deux sœurs jumelles, Olanna et Kainene. Leurs amours, leurs désillusions, leurs vies séparées, la peur qui les tenaille, les meurtres à répétition, les corps des femmes pris comme arme de guerre… La guerre au Biafra se déroulera du 06 juillet 1967 au 15 janvier 1970. 3 ans d’horreur qui seront exposés à la face du monde grâce aux premiers reporters sur le terrain, le monde découvrira les corps faméliques des enfants et des femmes et ce sera un des premiers pays à recevoir de l’aide humanitaire, pas assez, trop tard.

Beaucoup de soldats étaient déguisés, mais ils les repéraient grâce à leurs bottes.
– Quoi ? demanda Kainene en se penchant en avant.
– Leurs bottes. Madu jeta un coup d’œil sur ses chaussures.
– Tu sais que nous autres soldats nous portons des bottes en permanence, alors ils examinaient les pieds des hommes un par un et chaque fois qu’ils trouvaient un Ibo qui avaient les pieds propres et pas craquelés par l’Harmattan, ils l’amenaient et l’abattaient.

Pour nous livrer cette guerre, Chimamanda Ngozi Adichie a choisi la fiction dans ce qu’elle peut apporter de prise de distance mais aussi d’affection envers les personnages. Suivre ces jumelles tout au long de ces trois ans de guerre, entre l’avant-guerre et le déroulement des combats, permet de comprendre l’ampleur de ce qu’une guerre peut faire aux victimes. La première partie du roman pose le décor, les relations entre les personnages, les rancœurs déjà existantes qui vont s’exacerber tout au long du récit. Ensuite, la guerre arrive et les pages défilent avec un poids sur le cœur… La violence est partout, chez les soldats, dans la file pour les colis humanitaires.

C’est fou ce que Chimamanda Ngozi Adichie peut me faire ressentir. Après mon coup de cœur pour Americanah lu à sa sortie en 2015, j’ai enfin récidivé ( largement influencée par Maghily) et cette lecture fut bouleversante, importante, qui a mis des mots et des images sur une guerre dont j’ignorais tout..

Je ne sais pas vous mais j’ai parfois besoin de m’abreuver d’images pour comprendre totalement le récit. Ici les images regardées sont atroces et il va me falloir du temps avant que ce soit moins prégnant.

L’autre moitié du soleil de Chimamanda Ngozi Adichie
Trad. de l’anglais (Nigeria) par Mona de Pracontal
Éditions Gallimard, collection Folio
672 pages, février 2017
En sortir 21 en 2021 (6/21) / Lu dans le cadre du bookclub d’Oxyne (#cemoiscionlitChimamandaNgoziAdichie)

16 réflexions sur “ L’autre moitié du soleil – Chimamanda Ngozi Adichie

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s