Madame Bovary – Gustave Flaubert

Au fond de son âme, cependant, elle attend un événement. Comme les matelots en détresse, elle promenait sur la solitude de sa vie des yeux désespérés, cherchant au loin quelque voile blanche dans les brumes de l’horizon.

Les premiers mots
Nous étions à l’Étude, quand le Proviseur entra, suivi d’un nouveau habillé en bourgeois et d’un garçon de classe qui portait un grand pupitre. Ceux qui dormaient se réveillèrent, et chacun se leva comme surpris dans son travail.

Je suis de ces lectrices (et lecteurs) qui n’avaient jamais oser lire Madame Bovary en entier, qui s’étaient contentées d’analyses furtives pendant la scolarité et qui s’en accommodaient très bien, surtout que j’avais eu vent de la fin de cette histoire. Quand j’ai proposé ce thème Flauflau Versus Balzac (je ne dis pas de bêtise Moka hein?), j’avais dans l’idée de le lire pour enfin comprendre l’importance que ce livre a dans le paysage littéraire français. Et bien m’en a pris. J’ai tout simplement adoré cette histoire! Emma est un personnage complexe: des rêves de passions qui la dépassent, une vie routinière qui la tue à petit feu et pour couronner le tout, un mari insipide, inodore, incolore.

Et Emma cherchait à savoir ce que l’on entendait au juste dans la vie par les mots de félicité, de passion et d’ivresse, qui lui avaient paru si beaux dans les livres.

J’ai trouvé dans ces pages des descriptions qui m’ont enchantées alors que je les craignais, j’y ai aussi trouvé de l’humour là où je n’en attendais pas et j’ai aussi lu des pages émouvantes sur la dépression et ses conséquences.

Je suis fière de dire à 33 balais que Flaubert a été une belle lecture et que je me vois bien continuer mon exploration.

(Vous aurez remarqué que je ne vous fais pas l’affront de vous résumer l’histoire..)

Quel géant de la littérature avez-vous choisi pour cette fin de semaine?
Moka / Natiora / Alice / …

Les Classiques c’est fantastique!

– Madame Bovary de Gustave Flaubert, Editions Livre de Poche, 1857 pour la version originale, 576 pages

32 réflexions sur “ Madame Bovary – Gustave Flaubert

  1. flyingelectra dit :

    ah super ! vu mon échec avec l’éducation sentimentale mais on m’avait dit qu’on aime l’un et qu’on déteste l’autre ! je connais l’histoire donc je peux maintenir la découvrir avec les mots de son auteur

    Aimé par 1 personne

      • maghily dit :

        Ha tiens, moi j’ai aimé les deux ! 😉 (la file qui fait jamais rien comme tout le monde)
        J’allais justement écrire à Fanny que pour continuer sur sa lancée, elle pouvait lire L’Éducation sentimentale.
        Et cette chronique me donne envie d’aller relire Emma Bovary car mon petit doigt me dit que je la comprendrai bien mieux aujourd’hui qu’il y a dix ans 😉

        Aimé par 1 personne

        • mespagesversicolores dit :

          J’ai L’éducation sentimentale ( Mag je crois que c’était un achat pour Couvreur…) donc j’ai dû le lire en diagonale ( genre très diagonale)
          Pour ce qui est de Madame Bovary je ne peux que t’encourager à aller le relire !
          Tu seras de la partie pour le mois prochain avec le thème Histoire de famille ?

          Aimé par 1 personne

          • maghily dit :

            Ha c’est bien possible que ce soit dans le cadre des cours de Couvreur (je vois pas comment je l’aurais acheté de mon plein gré à l’époque :D).
            J’allais te répondre « Oui, d’office j’ai deux briquasses qui collent parfaitement dans ma PAL » avant de me souvenir que ce ne sont pas des classiques… Du coup, va falloir que je me creuse car à part les Zola, je n’ai rien qui correspond dans ma PAL mais j’aimerais bien avoir l’occasion de vous rejoindre ce mois-ci.

            Aimé par 1 personne

  2. Alice dit :

    Je me reconnais totalement dans ton introduction. J’avais jusqu’à présent un à priori négatif au sujet de l’oeuvre de Flaubert, fait de souvenirs pénibles, mais lire ces passages et chroniques me donnerait presque envie de retenter. Merci le retour aux classiques ! 😉

    Aimé par 1 personne

  3. dasola dit :

    Bonsoir, et bien moi, j’ai attendu 58 ans pour lire Madame Bovary. Je sais enfin pourquoi elle se suicide. Et sinon, je ne trouve pas que Charles Bovary soit si insipide. Il y a en plein des comme lui. C’est un homme. Bonne soirée.

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s