Les orageuses – Marcia Burnier

Ce qu’elles voulaient, c’était des réparations, c’était se sentir moins vides, moins laissées-pour-compte

Les premiers mots
Meuf, meuf, MEUF respire.Respire comme on t’a appris, ouvre ta cage thoracique, si allez, ouvre-la bien fort. Merde.

Ça n’a pas manqué. J’ai corné quelques pages, voulu écrire des phrases pour m’en souvenir, été tentée de le relire dès la dernière page tournée.
Les orageuses m’a tenue en apnée pendant toute la lecture, à suivre ces femmes, sorcières des temps modernes, vengeresses, les voir reprendre le contrôle de leur vie, les voir s’aimer et se soutenir en sœurs, unies par leurs traumas.

Elle prend le temps de bien les regarder toutes, sorcières vengeresses, pétroleuses, prêtresses, toutes un peu abîmées mais qui ont réussi à se rafistoler comme elles pouvaient.

Elles ne sont pas tombées car elles étaient unies. Ça, les hommes violeurs ne pourront pas leur enlever. Elles restent debout pendant que les autres veulent les faire taire et minimiser leur statut de victimes.

Pour reprendre possession de leur vie, elles décident toutes ensemble de partir à la recherche de ces hommes qui les ont forcées, violentées, violées. Avec un cadre bien défini, elles savent ce qu’elles peuvent faire ou pas mais l’important est ailleurs, après ces expéditions punitives, elles revivent. Elles sont de nouveau elles, fortes et fières. La route est parfois plus longue pour certaines mais toutes trouvent en ces autres femmes, une rage qui les fera se relever.

Marcia Burnier signe un premier roman incandescent, qui brûle et donne le sursaut nécessaire pour que, je l’espère, celles qui lisent les lignes de cette jeune autrice, sentent à leur tour la rage les aider.

Édité dans la très belle collection Sorcières, Les orageuses porte en lui l’ardeur des premiers romans qui portent (déjà) une voix importante.

On leur apprend à prendre soin d’elles et des autres, à se réparer entre elles, à « vivre avec », elles paient leur psychothérapie pendant que l’autre continue sa vie sans accroc, sans choc, toujours plus puissant.

Ce livre fait écho au sublime roman graphique Touchées de Quentin Zuttion et au très beau roman Confessions d’un gang de filles de Joyce Carol Oates.

– Les orageuses de Marcia Burnier, Éditions Cambourakis, Collection Sorcières, septembre 2020, 144 pages –

15 réflexions sur “ Les orageuses – Marcia Burnier

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s