Cinq dans tes yeux – Hadrien Bels

La rue était sur le versant sombre, au froid, et quand les fenêtres étaient ouvertes, on pouvait filer des gifles à son voisin d’en face.

Les premiers mots

Sur les hauteurs de Marseille, les bars branchés et les boulangeries bio sont apparus aussi subitement qu’une poussée d’herpès. La journée, le Venant se balade ici comme un beau-père qui sort de la chambre de ta mère en caleçon.

Les premières pages immergent directement le lecteur dans les quartiers de Marseille, Le Panier plus précisément. Ses habitants, ses coutumes, ses rues, ses places, tous ces endroits que le narrateur, Stress, connaît du bout des doigts pour y avoir habité dans les années 90. Depuis cela a bien changé…
Entre les rêves de carrières des uns, une vie rangée des autres, en passant par ceux qui ne sont pas arrivés à sortir de leurs problèmes, c’est toute la ville de Marseille que l’on parcourt.

Le personnage de Stress, surnom assez proche du caractère de cet homme, vivote entre ses potes d’enfance, ses nouvelles relations professionnelles sans trop savoir se situer.
C’est brut, ça sent l’accent marseillais à plein nez, la chaleur aussi.

J’ai encore des sentiments pour cette ville. Tout est encore possible entre nous. De nouveau envie de la filmer et de l’écouter me raconter ces histoires de vies qui, bout à bout, me transportent de l’autre côté de la Méditerranée, dans ces ruelles où l’on te vend des cigarettes et des brochettes de foie à l’unité.

Ça avait aussi tout pour me plaire (je pensais retrouver un style à la Mahir Guven), les souvenirs d’enfance, la difficulté à se trouver une place, la mélancolie mais la sauce n’a pas du tout pris. Le langage d’abord et puis le manque d’actions, celles qui auraient pu me faire tourner les pages avec un peu plus d’ardeur et d’avidité.
Je me suis profondément ennuyée et ai terminé le livre contente de passer à autre chose.
Delphine et moi sommes du même avis.

– Cinq dans tes yeux de Hadrien Bels, Editions L’Iconolaste, Août 2020, 256 pages –

23 réflexions sur “ Cinq dans tes yeux – Hadrien Bels

  1. Delphine Olympe dit :

    Effectivement, on est loin de Mahir Guven qui avait su à la fois trouver une rythmique bien à lui pour immerger son lecteur dans le parler de ses personnages et une solide construction romanesque. Rien de tout cela ici, hélas…

    Aimé par 1 personne

  2. emilie larieu dit :

    Cinq dans tes Yeux a déjà 4 sélections très importantes. Il est encensé par Jérôme Garcin, France Inter et Tewfik Hakem sur France Culture. Il fait une page pleine sur les Inrock et sur Elle Magazine. Alors oui, je veux bien écouter « MESPAGESVERSICOLORES », parce que tous les goûts sont dans la natures, mais à mon avis, je m’arrêterais pas là. Pour moi ça faisait longtemps que j’avais pas lu une langue aussi inventive et contemporaine dans une rentrée littéraire. Des dialogues aussi drôles. Quand on parle d’ennuie avec ce livre vraiment je comprends. Et puis, pour moi, les meilleurs livres sont ceux qui divisent.

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s