Shuni – Naomi Fontaine

Ils disent que la vie est un cercle.

Les premiers mots
Le père de Julie était pasteur. Quelques années après le début de sa mission, il avait fait construire l’église baptiste sur le boulevard Montagnais, juste devant le Conseil de bande. De l’extérieur, elle ressemblait davantage à un centre communautaire qu’à un lieu de culte.

Il y a quelque chose chez Naomi Fontaine qui me plaît instinctivement. Pourtant rien n’est plus simple que son écriture mais elle a ce quelque chose qui me cueille à chaque fois qu’elle parle d’elle, de sa vie dans la réserve, de ses grands-parents, de sa culture innue qui me fascine de plus en plus.

Ici, c’est une lettre qu’elle adresse à une de ses amies, blanche, Julie ( Shuni en innu). Elle lui révèle ce qu’il faut savoir pour (re)venir à la réserve, ce qu’il faut comprendre de ces autochtones maintes fois malmenés par l’état.

On m’a instruite en français. On m’a fait croire que ma langue était mourante. Qu’il ne fallait pas trop s’y attacher , un animal en captivité dans un abattoir.

Alors qu’elle rédige cette lettre, elle en profite pour y insérer des petites bribes de vie avec son fils, son petit ours. Celui qu’elle aime follement. Lui qui voudrait être blanc, qui aimerait pêcher, tout le temps, qui est fier de sa mère comme des parents peuvent être fiers de leurs enfants.

Après ses livres Manikanetish et Kuessipan, Naomi Fontaine poursuit sa quête de l’identité, ses questionnements sur la vie dans une réserve, sur la culture indienne dont elle répète qu’elle est multiple. On classe malheureusement bien trop facilement les Indiens en une seule et même catégorie…
Ce que j’aime ici c’est que l’autrice remet les pendules à leur place, tout en douceur, mais avec fermeté. Elle livre son amour pour son peuple tout en ne cachant pas des parts d’ombre qui sommeillent en eux et elles.

Tu vois, être colonisé c’est ça. On doute de la valeur de sa culture. On doute de soi.

Livre lu en lecture commune avec ma chère Marie-Claude.

– Shuni de Naomi Fontaine, Editions Mémoire d’Encrier, 2020, 159 pages –


20 réflexions sur “ Shuni – Naomi Fontaine

  1. Lili dit :

    Toujours pas lu Naomi Fontaine alors que franchement, elle me fait envie depuis des années et que j’ai un roman d’elle dans ma PAL. Je vais tâcher de me la fixer pour le mois québécois cette année, ce serait bien !

    J'aime

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s