Confiteor – Jaume Cabré

Une fois qu’on a goûté à la beauté artistique, la vie change. Une fois qu’on a entendu chanter le chœur Monteverdi, la vie change. Une fois qu’on a contemplé Vermeer de près, la vie change. Quand on a lu Proust, on n’est plus le même. Ce que je ne sais pas, c’est pourquoi

Les premiers mots

Ce n’est qu’hier soir, alors que je marchais dans les rues trempées de Vallcarca, que j’ai compris que naître dans cette famille avait été une erreur impardonnable. Tout à coup, j’ai vu clairement que j’avais toujours été seul, que je n’avais jamais pu compter sur mes parents ni sur un Dieu à qui confier la recherche de solutions, même si, au fur et à mesure que je grandissais, j’avais pris l’habitude de faire assumer par des croyances imprécises et des lectures très variées le poids de ma pensée et la responsabilité de mes actes

Confiteor ne se raconte pas. Il se lit, se vit, se ressent. En apnée, sans prendre le temps de remonter à la surface, sans prendre le temps de revenir au monde réel. Gardez-vous de picorer quelques pages, Confiteor doit se lire d’une traite pour ne rien manquer, pour être immergé dans ces mondes et ces époques, sans repos possible.

Maintes fois regardé de loin, Confiteor m’effrayait par sa complexité que je devinais sous ce nombre de pages. Il m’a fallu une lecture commune ( et une pandémie mondiale) pour que je le sorte de ma bibliothèque, que je m’installe confortablement et que je parte faire connaissance d’Adrià. Et puis je me suis vite rendu compte qu’Adrià n’était pas le seul héros de notre histoire mais c’était aussi les histoires d’un Shérif, d’un vaillant chef Arapaho, d’un ami musicien, d’une sœur aveugle, d’un violon sacré, d’une médaille, d’une bonne au double prénom, d’un « je » surprenant, d’un linguiste, d’un frère, d’une Sara, d’un SS-Obergruppenführer, d’un inquisiteur général, d’un luthier, d’un numéro 615428, d’un père et d’une mère, …

Les violons sont vivants. Le bois du violon est comme le vin. Il travaille lentement et il aime sentir la tension des cordes ; il s’enrichit quand on le fait sonner, il aime vivre à une température agréable, pouvoir respirer, ne pas recevoir de coups, être toujours propre…Ne l’enfermez que si vous partez en voyage

Alors si ces personnages vous intriguent, partez à leur rencontre.
Ce livre m’a subjuguée par cette narration si particulière, cette façon de sauter d’une période à une autre sans ménagement pour son lectorat.

Je venais de quitter Beloved de Toni Morisson en maugréant sur ces mélanges temporels et je tombe sur une oeuvre qui s’amuse tout au long de l’histoire à nous balader comme des pantins. Cabré a réussi à me maintenir à flot grâce au personnage d’Adrià qui n’a de cesse de vouloir raconter sa vie pour y trouver un sens, dire aussi le désamour de ses parents et le coup de foudre pour Sara, mais aussi s’accrocher à son ami, Bernat, l’ami de toujours.

Ce livre restera un grand ( GRAND) moment de lecture.

Retrouvez les billets de la lecture commune chez JosteinLire à tout prix. MissMolko1s, Mumu. (Vous pouvez venir discuter avec nous sur Instagram sous le post de Mathilde).

Ils l’ont lu et aimé/adoré avant moi :Clara, Jérôme, Moka, Noukette, Sophie, Violette… et sûrement bien d’autres.

Ce livre signe aussi le 7e roman sorti de ma PAL « En sortir 20 en 2020″

Confiteor de Jaume Cabré, traduction (exceptionnelle) de Edmond Raillard, Editions Actes Sud, 2016, 928 pages –

31 réflexions sur “ Confiteor – Jaume Cabré

  1. Ingannmic dit :

    Ton enthousiasme me ravit, j’avais moi aussi adoré ce roman ! Et j’avais lu peu de temps après Et quelquefois j’ai une grande idée, de Ken Kesey, dont le sujet et le contexte sont complètement différents, mais dans lequel j’ai retrouvé le même style de narration (un très grand roman aussi).

    Aimé par 1 personne

  2. jostein59 dit :

    Tu as raison, ce roman ne se raconte pas facilement. Mais il me semble que chaque participant de cette lecture commune l’a apprécié. Un roman dense qui nous a porté bien loin de notre confinement, nous a fait réfléchir.
    Merci d’avoir participé à cette lecture commune

    Aimé par 1 personne

  3. maghily dit :

    Ce roman me tente depuis des années et ton billet ne vient que renforcer mon envie de le lire ! 🙂

    Contente de lire qu’il t’ait davantage plu que Beloved. Comme quoi, tu avais de sacrés pépites dans tes reliques ! 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Christelle dit :

    Unanimité ? tout le monde adore et personne ne déteste ? J’ai tenté deux chapitres pendant cette pandémie mondiale et puis je l’ai refermé. Il me demandait trop de concentration …

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s