Frankenstein – Mary Shelley

Maudit soit le jour où j’ai reçu la vie! ai-je hurlé. Maudit soit mon créateur! Même TOI, qui m’a fait, je te dégoûte! Dieu à créé l’homme à son image, mais moi je suis la forme corrompue de la tienne, plus horrible même!

Les premiers mots

Lettre 1 – À Madame Saville, Angleterre
Saint-Pétersbourg, 11 déc. 17-

Tu seras heureuse d’apprendre qu’aucun désastre n’a marqué le début de l’entreprise au sujet de laquelle tu nourrissais de si funestes pressentiments. Je suis arrivé ici, hier, et ma première tâche est de tranquilliser ma chère soeur et de lui faire part de ma confiance croissante dans la réussite de mes projets.

En fouillant dans ma bibliothèque à la recherche d’un classique anglais, je suis tombée sur ce livre acheté d’occasion juste pour le plaisir de posséder Frankenstein à la maison. Il était donc grand temps de découvrir ce qui se cachait derrière ce titre mondialement connu.

Victor Frankenstein a ce qu’on peut appeler une vie des plus heureuses. Ses parents lui donnent de l’affection à profusion, sa cousine (adoptée par ses parents) est de la plus agréable compagnie et le jeune homme se destine à de grandes études. Mais un drame vient bouleverser cet équilibre, la mort de sa chère mère. Il part alors à Genève pour fuir la tristesse et pour se reprendre en main. Quand il arrive dans la ville de ses études, il se prend vite les pieds dans le tapis face à des professeurs monstrueusement talentueux et érudits. Le jeune homme, fier et arrogant, veut être connu et reconnu par ses pairs grâce à quelque chose qu’il réaliserait… mais quoi? « Autant a été accompli, clamait mon âme, mais tu réaliseras davantage, encore bien davantage! »
Il se met alors en tête de créer du vivant à partir de matières mortes. Et c’est ainsi qu’il crée la créature. On ne saura malheureusement rien de ses techniques pour fabriquer ce qu’aucun homme n’avait fait auparavant.

Tout ce nouveau savoir m’inspirait des sentiments bizarres. L’humain pouvait-il être si puissant, si magnifique, et à la fois si mauvais, si vil? Se montrer grand, noble, sensible, mais également plein d’abjection et de bassesse?

Au moment où la créature ouvre les yeux, Victor prend peur. Ce qu’il a créé est trop horrible pour lui et un dégoût s’empare de lui. C’en est trop. Le jeune savant fou part de chez lui. Quand il revient, sa Créature a disparu. Plutôt que de paniquer à l’idée qu’un monstre est en liberté dans la ville, Victor se sent soulagé. Mais son méfait se fera vite rappelé à lui et de manière assez tragique.

Je me suis permis de vous raconter le début de l’histoire pour vous rappeler que celui qu’on appelle Frankenstein est en vérité l’inventeur et non le monstre. Celui-ci n’a d’ailleurs pas de nom et se fait appeler le Monstre, la Créature ou le Démon.

Tout au long de ma lecture qui fut plaisante mais pas transcendante, je me suis amusée de la construction narrative utilisée par Mary Shelley. Celle-ci utilise, peut-être un peu trop, le système du récit dans le récit. Au commencement de l’histoire nous découvrons Robert Walton qui accueille sur son bateau un homme exténué, notre Victor, qui va lui conter son histoire. Plusieurs fois, l’autrice abuse de ce procédé grâce à des prétendues lettres. Cette technique a le mérite de donner un peu de punch et de rythme à l’histoire. Car il en faut. Notre cher Victor est un personnage larmoyant et légèrement irritant. Ses jérémiades sans fin sur sa condition ne m’ont pas émue et m’ont légèrement agacée. Vouloir se prendre pour Dieu et ne pas assumer sa création, on a déjà vu plus courageux.

Si je suis méchant, c’est que je suis malheureux. Ne suis-je point repoussé et haï par tous les hommes ? Toi, mon créateur, tu voudrais me lacérer, et triompher de moi ; souviens-t’en, et dis-moi pourquoi il me faudrait d’avantage avoir pitié de l’homme qui n’a pitié de moi ?

Au fur et à mesure, j’ai commencé à ressentir un peu d’affection pour la Créature, qui alors qu’elle est vierge de tout mauvais sentiment, devient violente au contact des hommes. Elle n’a jamais demandé à être créée et quand elle demande une reconnaissance, on lui tourne le dos. Ce que n’avait pas prévu Victor, c’est que sa Créature avait une faculté d’apprentissage hors-norme.

Ne vous attendez pas à frissonner à la lecture de ce classique. Il n’y a ni sang ni corps déchiquetés. Il est toutefois à lire en se remémorant le contexte dans lequel il a été écrit et par qui : en 1818 par une jeune femme de 19 ans qui s’est attaquée avec talent à la science-fiction.

Magali l’a lu aussi!

Le challenge « Les Classiques c’est fantastique » continue!
On se goinfre de cookies chez Moka et chez Natiora

Frankenstein ou le Prométhée Moderne de Mary Shelley, traduction de Joe Ceurvorst, Editions Folio, 336 pages – 1re édition 1818

18 réflexions sur “ Frankenstein – Mary Shelley

  1. flyingelectra dit :

    j’avoue que la couverture du livre m’a étonnée car je suis habituée à autre chose pour les classiques et là on a l’impression qu’il a été écrit l’an dernier… mais sinon, je dois encore le lire, un jour
    là je m’amuse avec Jane Austen, c’est comme retrouver un bonbon de son enfance, c’est bon

    Aimé par 1 personne

  2. Natiora dit :

    Je l’ai lu pendant mon DEUG d’anglais, il y a un bon moment. In English of course. J’en garde un très bon souvenir mais effectivement, le rythme était assez mou. On voit que Mary Shelley fréquentait des poètes, je trouve que le style était un peu éthéré, je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire… En tout cas je comprends que tu n’aies pas été transcendée, même si pour une jeune femme de 19 ans c’est un récit remarquable.

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s