Les Chutes – Joyce Carol Oates

Il comprenait le charme primitif, maléfique, des Chutes: il commençait à éprouver de nouveau l’attirance sinistre qu’il avait ressentie des années auparavant, à l’adolescence

Les premiers mots

À ce moment-là inconnu, anonyme, l’individu qui devait se jeter dans les Horseshoes Falls apparut au gardien du pont suspendu de Goat Island vers 06h15 du matin. Il serait le premier visiteur de la journée. 


Ariah n’aura été mariée qu’un seul jour et qu’une seule nuit. Au lendemain de son mariage, son mari se jette, à l’aube, dans les Chutes du Niagara.
Commence alors une longue errance de sept jours pendant lesquels cette veuve perd la raison et parait éloignée de toute cette agitation autour d’elle. Quand le corps de son mari est enfin retrouvé, Ariah peut passer à autre chose, oublier le drame, ou du moins essayer. Ce n’est pas comme si elle et son mari défunt s’aimaient d’un amour absolu, non, que du contraire, elle avait peu d’attachement pour lui.
Quand elle rencontre Burnaby, elle comprend ce que signifie « aimer quelqu’un ». Et la vie reprend son cours..
À Ariah de tout faire pour que cette vie-là soit paisible. Sans ses angoisses et ses névroses.

Parfois cet amour le submergeait avec une telle force qu’il avait du mal à respirer. Il sentait sa poitrine se contracter. Ses jeunes fils; sa petite fille. L’expression de triomphe dans les yeux de leur mère ; mais un triomphe inquiet, précaire.
Ce sont eux ma corde raide maintenant, pensait Dirk avec tendresse. A moins qu’ils ne soient mon abîme.

Encore un Oates sur ce blog. Encore mais pourtant à chaque fois, c’est différent et assez jouissif de suivre ces histoires de famille venues du cerveau en ébullition de l’autrice.

Pendant plus de 500 pages, Oates nous dépeint une héroïne insaisissable que j’ai aimé suivre pendant une vingtaine d’années.
Car comme dans Carthage et Un livre de martyrs américains, elle ne se contente pas de décrire un fait mais va en profondeur dans les tréfonds de l’âme de ses personnages et ce sur une période longue. De quoi les connaître de manière intime. De quoi les aimer ou les détester, comme quand Ariah lance de phrases assez perfides à son mari et à ses enfants et dans lesquelles on sent l’immense désespoir de cette jeune femme.

Cette lecture n’a cependant pas été le coup de coeur attendu. Bien trop de longueurs m’ont ennuyée et certains passages m’ont semblé inutiles.

Livre lu en lecture commune avec Lili et Mounia

Au milieu des mes Pages, vous retrouverez les autres romans de J.C Oates.

Ce roman signe mon troisième livre sorti de ma PAL  » En sortir 20 en 2020« 

-Les Chutes de J.C Oates, traduction de Claude Seban,Editions Philippe Rey, 2008, 512 pages –

24 réflexions sur “ Les Chutes – Joyce Carol Oates

  1. Marie-Claude dit :

    J’hésite avec ce Oates… Les longueurs risquent de m’agacer. Je ne suis pas en peine: il me reste encore un roman et un recueil de la grande dame à lire.

    J’ai vu tes achats dans ta story… Tu t’es lâchée lousse!
    Que du bon, surtout avec « Soeurs volées » et « La grosse laide »!

    Aimé par 1 personne

  2. Mumu dans le bocage dit :

    Le premier JC Oates que j’ai aimé. Oui il y a des longueurs mais cela créée à mon avis l’ambiance, on pénètre au plus profond des personnages et c’est sa touche personnelle. Les livres que j’ai encore sur mes étagères dont Un roman des Martyrs américains, Nous étions les Mulvaney sont des pavés mais quand je plonge dedans je sais que je pars pour un long voyage dans son univers et son Amérique 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Lilly McNocann dit :

    JC Oates me semble être une autrice mythique, et pourtant je n’ai jamais rien lu d’elle, je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre, dans quel état d’eprit je dois être pour la découvrir… Aurais-tu peut-être un conseil ? 🙂 Merci !

    Aimé par 1 personne

  4. Lili dit :

    Tu es plus tendre que moi avec Ariah, que j’aurais finalement peu appréciée ! Heureusement pour moi, elle n’est pas au coeur de tous les épisodes du roman. Je garde de cette lecture un avis très en dents de scie. Je reconnais clairement le talent de l’auteure, mais il était temps que la dernière page arrive ! Merci à toi pour cette proposition de lecture commune, même si aucune de nous n’aura eu de coup de coeur. C’est le jeu !

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s