En attendant Eden – Elliot Ackerman

Depuis lors, je continue à traîner dans les parages, je suis seulement de l’autre côté, je vois tout et j’attends.

Les premiers mots

Je veux que vous compreniez Mary et ce que Mary a fait. Mais j’ignore si vous y parviendrez. Vous devez vous demander si au bout du compte, dans des circonstances similaires, vous feriez le même choix qu’elle, Dieu vous garde. À l’époque où je les rencontrai, elle et Eden, les temps étaient meilleurs. Ils essayaient alors de fonder une famille. Et des mois plus tard, cette nuit-là dans la vallée du Hamrin, j’étais assis à côté d’Eden et j’eus plus de chance que lui lorsque notre Humvee roula sur une mine, nous tuant moi et tous les autres, le laissant, lui, tout juste survivant.

Mary attend Eden.
Depuis trois ans, elle espère le voir se réveiller. Celui que les autres n’arrivent plus à nommer car ce qui reste de lui ne ressemble plus à ce qu’un homme devrait être. Brûlé, amputé, à la suite d’une explosion d’une bombe en Irak.
Dans cette chambre, vient parfois une petite fille, rousse, leur fille, née après le départ d’Eden que Mary essaie tant bien que mal d’épargner.

Ces années d’attente sans que rien ne se passe commencent à peser sur Mary et tout doucement la question de laisser partir Eden fait son chemin. Et dans la tête d’Eden aussi, ses hésitations sur s’il veut ou pas rester. Pensées dont on a connaissance grâce au narrateur, son ami mort.

Greffes, soins à l’hydrogel, toilettes : c’était elle qui décidait de tout.
Le corps d’Eden devint le sien, et elle y avait jeté l’ancre.
Mais alors même qu’il refusait de partir, elle voulait qu’il meure.

« En attendant Eden » est bien plus qu’une histoire de femme qui espère voir se réveiller son mari. Il y a, ici, cette touche de pudeur et de sensibilité qui m’a empoignée dès les premiers mots. Si le choix du narrateur peut surprendre, il est tout à fait judicieux pour garder une certaine distance, une vision de l’histoire plus large.

J’avais peu apprécié Vigile de Hyam Zaytoun où elle raconte les heures passées à attendre des signes de son mari plongé dans le coma. J’avais eu l’impression de m’immiscer dans leur intimité et de regarder cela avec un sentiment de voyeurisme. Dans « En attendant Eden », totalement fictionnel, j’ai ressenti beaucoup plus d’émotions sur cette relation de couple, fragile et si délicate.

Ce roman signe mon deuxième roman sorti de ma PAL « En sortir 20 en 2020« .

– En attendant Eden d’Elliot Ackerman, traduction de Jacques Mailhos, Editions Gallmeister, 2019, 160 pages –

14 réflexions sur “En attendant Eden – Elliot Ackerman

  1. Marie-Claude dit :

    D’abord, bravo pour cette deuxième sortie de ta PAL!

    Je fais figure de mouton noir, ici. J’ai trouvé plusieurs choses extrêmement fortes (le choix du narrateur, les premières pages bouleversantes, le style de l’auteur), mais mes irritants étaient aussi nombreux. Surtout Mary, devant laquelle je suis restée de marbre (sans coeur que je suis!).

    Aimé par 1 personne

  2. L'ivresse littéraire dit :

    Souvent je l’ai pris entre les mains en librairie sans osé. Des thèmes qui me semblaient déjà tant explorés, Irak, coma,… Bref je ne sais pas trop. Mais peut-être me déciderai-je à lire quelques pages en librairie pour me faire une idée de la langue.
    Concernant Vigile je l’avais beaucoup aimé, mais je dois bien admettre qu’aujourd’hui il ne m’en reste pas grand chose.

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s