Ogresse – Aylin Manço

Parfois il vous arrive des trucs monstrueux, et c’est pas votre faute. Parfois c’est la faute de personne.

Les premiers mots

Hier soir, Maman m’a fait manger du cœur. C’était du cœur de bœuf. Le cœur est notre muscle le plus puissant, et ça sent quand on en mange; la viande résistait sous mon couteau à steak, il fallait la scier pour trancher les fibres. Elles cédaient comme des câbles tendus, l’une après l’autre.

Lire la suite

Nos bombes sont douces – Frédéric Vinclère

Les jours qui passent m’apprennent que la vie est un jeu d’enchâssement dont les cases se poussent, s’évitent, se cognent, s’épousent parfois, pour former au final un tableau propre à chacun

Les premiers mots

J’ai le soleil dans les yeux.
Ça ne me gêne pas, j’ai l’habitude. Il suffit de plisser les paupières pour réduire la lumière, de ne pas quitter le ballon du regard, même s’il se trouve à l’opposé du terrain, de ne pas non  plus oublier les deux ou trois joueurs adverses les plus dangereux, les créateurs d’occasions, les animateurs du système.

Lire la suite

Il est juste que les forts soient frappés – Thibault Bérard

On est bien, tous les deux. On se nourrit l’un de l’autre avec un appétit de lionceaux. On rit très fort, on fait beaucoup l’amour, on déconne à pleins tubes – la vie hurle et c’est bon.

Les premiers mots

J’imagine que vous serez d’accord: ce que tout le monde veut, dans la vie, c’est laisser une trace, non? Résister à l’oubli éternel?
Eh bien le scoop, mes amis, le truc pas croyable que je vais vous annoncer ici, dans ces pages et même dès la première, c’est que le but ultime de tout le monde, dans la mort, c’est exactement l’inverse: se faire oublier des vivants. Couper le cordon une bonne fois avec l’avant pour, enfin, accéder à cette absolue félicité, ce repos parfait des sens et de l’esprit dont on nous rebat les oreilles depuis les siècles des siècles.
Avouez que ça remet les choses en perspective.

Lire la suite

Fanny et la Nuit – Maylis Daufresne & Ian De Haes

Quand tu as peur, Fanny, va chercher la lumière: elle existe toujours… À toi de la trouver, et de la faire grandir!

Les premiers mots

Le pire moment, c’est lorsque le ciel devient noir comme de l’encre.
Rien que d’y penser, Fanny a des frissons.
Elle préfère tellement la lumière du jour. Il y a le soleil, il y a du jaune, du rose, et du bleu bien sûr. On entend les oiseaux, on voit valser les arbres.
Et puis, la nuit arrive, et elle avale tout.

Lire la suite