Bienvenue au club – Jonathan Coe

Putain, Ben, il serait temps que tu grandisses un peu ! C’est pas parce que tu te bourres la gueule avec une fille dans une fête et que vous vous tripotez un peu… c’est pas pour autant que ça en fait ta… ta promise ou je ne sais quoi. On n’est pas dans un bouquin de Jane Austen. »

Les premiers mots

Par une nuit étoilée de l’année 2003, sous le ciel limpide et bleu-noir de Berlin, deux jeunes gens s’apprêtaient à dîner. Ils s’appelaient Sophie et Patrick. Les deux jeunes gens ne s’étaient jamais rencontrés jusqu’à ce jour.

C’est une plongée passionnante dans l’Angleterre des années septante que je me suis offerte pour le premier livre sorti de ma PAL spécial En sortir 20 en 2020.

J’avais une certaine appréhension à commencer cette lecture au vu de tous les avis positifs que j’avais pu lire. Et si moi, je n’aimais pas? Ce ne fut pas le cas!

Ce livre a été une vraie partie de plaisir tout en y mêlant une belle dose d’émotion et de sensibilité. Mais ce que j’ai préféré a été cette construction particulière qui permet de suivre de façon intime tous les personnages.

Et dire que j’ai attendu plus de quinze ans pour le lire! Je ne l’ai pas lâché, je voulais le terminer au plus vite tout en ayant le coeur serré à voir que je le lisais rapidement.

 

Je me demande si tout le vécu peut vraiment être réduit et distillé en quelques moments d’exception, six ou sept peut-être qui nous seraient accordés dans toute notre existence, et si toute tentative de tracer un lien entre eux est vouée à l’échec. Et je me demande s’il y a dans la vie des moments qui non seulement « valent des mondes », mais tellement saturés d’émotion qu’ils en sont dilatés, intemporels.

 

L’histoire est « simple »: une bande d’adolescents aux prises avec leurs premiers émois mais rattrapés par l’Histoire et ses conséquences, l’Ira, la fermeture des usines, les syndicats d’ouvriers…

Comme plusieurs me l’ont fait remarquer, maintenant que j’ai rencontré Benjamin et ses compatriotes, il me tarde de lire la suite!

-Bienvenue au club de Jonathan Coe, Traduit par Jamila et Serge Chauvin, Editions Gallimard, 2003, 544 pages –

27 réflexions sur “ Bienvenue au club – Jonathan Coe

  1. Ingannmic dit :

    Ah oui, quinze ans, c’est pas mal ! Mais c’est parfois encore meilleur d’avoir attendu, quand le plaisir est finalement au rendez-vous… Ravie que cette lecture t’ait plu, la suite est très bonne aussi (mais je crois que je te l’avais déjà dit !).

    Aimé par 1 personne

  2. flyingelectra dit :

    bizarrement, je suis en colère contre les Anglais et leur décision de quitter l’Europe et d’embarquer avec eux mes amis écossais ! du coup, pas envie de les lire et en même temps je viens de passer quatre jours à Birmingham (un super polar). Bref, un jour .. maybe ! j’ai adoré l’usage du septante !

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s