Une bête au Paradis – Cécile Coulon

Émilienne ressemblait à ce que la terre avait fait d’elle : un arbre fort aux branches tordues.

Les premiers mots

De chaque côté de la route étroite qui serpente entre des champs d’un vert épais, un vert d’orage et d’herbe, des fleurs, énormes, aux couleurs pâles, aux tiges vacillantes, des fleurs poussent en toute saison. Elles bordent ce ruban de goudron jusqu’au chemin où un pieu de bois surmonté d’un écriteau indique :

Vous êtes arrivés au Paradis

Le Paradis, cette ferme au doux nom qui recèle des secrets et des drames.
Cette ferme tenue par une main de maître par Émilienne, grand-mère de Blanche et de Gabriel, seule parente après le décès des parents des deux enfants. Elle les a élevés dans l’amour de la terre, celle qui donne et qui reprend quand ça lui chante.

Le Paradis était un endroit maudit tenu par un ange au visage aussi creux qu’une gamelle, aux épaules un peu basses, à la poitrine trop large pour ce corps ramassé.

Blanche et Gabriel, deux orphelins aux cœurs meurtris qui ont dû vivre dans l’absence des êtres aimés.
En grandissant, l’aînée se forge un caractère digne de sa grand-mère, tandis que le cadet souffre en silence.
Mais dans cette ferme, il y a aussi Louis, pris sous l’aile d’Emilienne, battu par son père, il a trouvé au Paradis, un havre de paix et de réconfort. Élevé comme un fils, Louis est à la fois le commis, le garçon de ferme, un genre de grand frère pour Blanche et Gabriel.
En vase clos, ce petit monde arrive à vivre mais quand le monde extérieur s’invite, tout se bouscule. Surtout quand cet extérieur a le visage angélique d’Alexandre. Blanche chavire et emporte tout avec elle.

Même si Blanche aimait le Paradis, elle s’y sentait petite. Les fantômes qui peuplaient les lieux prenaient toute la place.

Une bête au Paradis c’est l’histoire de ce premier amour dévastateur. Comme une coulée de boue sur des terres chéries.
Cécile Coulon,avec son talent, dit cette détresse, cette perte de repère quand l’amour frappe à ce point, quand il broie le cœur et l’âme.
Comme pour Trois saisons d’orage, ce livre offre un récit amer et empli de noirceur, les personnages, celui de Blanche en particulier, est intriguant et insaisissable.
Cécile Coulon nous donne à lire un roman fort et intense.

– Une bête au Paradis de Cécile Coulon, Editions L’Iconoclaste, 2019, 352 pages –

 

19 réflexions sur “Une bête au Paradis – Cécile Coulon

  1. flyingelectra dit :

    je n’ai lu d’elle qu’un seul roman (sur ce type cycliste …) et je n’avais pas accroché du tout du coup je passe mon tour. C’est bien de te lire car le magazine Lire a détesté ce roman du coup ton avis atténue leurs propos !

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s