Home Sweet Home – Antoine Philias & Alice Zeniter

Mais il y a toujours des jeunes. Cette année, les jeunes c’était nous. On en a eu marre. On a marché. La merde a continué. Mais de toutes nos forces on a marché.

Les premiers mots

L’eau brûle.
J’invente pas. Venez à Cleveland si vous me croyez pas.

2008, Cleveland. Crise des subprimes.
Comment survivre quand la ville se vide de ses habitants, quand l’argent commence à manquer, quand les enfants et adolescents sont livrés à eux-mêmes… En se regroupant, en étant solidaire.

C’est ce que décide un petit groupe d’ado fugueurs. Squattant un ancien lycée, ils réinventent une société à leur image, responsable et humaine, tout le contraire de ce que leurs parents leur ont inculqué.

Anna, Oliver, Dalila, Elijah, Bart, et les autres nous embarquent dans leur quotidien fait de moments de discussion, de partages, de connaissances. Leur vie est toutefois assez précaire. Ils ne peuvent pas sortir trop souvent de peur d’être remarqués par les policiers qui rodent et les tensions entre eux sont parfois au bord de l’explosion. Et quand une nouvelle bande arrive, c’est tout une nouvelle organisation qu’il faut mettre en place.

Ce que je voulais, c’est qu’on soit une zone sans violence : il fallait que les garçons désapprennent ce qu’ils croyaient savoir de leur supériorité sur les filles, qu’il arrêtent de se balader en bande comme si les espaces n’appartenaient qu’à eux, il fallait que les riches désapprennent ce qu’ils pensaient avoir de plus que les pauvres.

Alice Zeniter et Antoine Philias ont créé un roman à quatre mains des plus réussis. On passe d’un protagoniste à un autre et ceux-ci nous livrent leurs peurs, leurs regrets et parfois leurs espoirs pour l’avenir.

Anna et Elijah, les deux personnages principaux, ont cette force de l’adolescence qui les pousse à reprendre leurs vies en main et à ne plus se laisser berner par les propos des adultes. Ces deux-là ne veulent pas reproduire les erreurs de leurs ainés et désirent protéger les plus jeunes qui sont sous leur responsabilité.
Ce roman, humain et sensible, aborde des questions en tout genre comme le racisme, les premières fois, l’amour, l’amitié, la confiance… sous une forme qui peut paraitre simple mais qui délivre des messages porteurs et qui doivent être entendus.

Alice Zeniter sur le blog : L’art de perdre

Le billet de Laure.

– Home Sweet Home d’Antoine Philias et Alice Zeniter, Editions Ecole des Loisirs, Collection Medium, 2019, 300 pages –

Publicités

11 réflexions sur “ Home Sweet Home – Antoine Philias & Alice Zeniter

  1. Marie-Claude dit :

    J’avais vu la C4 et Cleveland. Il m’est sorti de la tête. Grâce à ton billet, il reprend le devant de la scène. Je suis plus que tentée. Petite question: y a-t-il un clash entre le style (français) et les lieux (É-U)?

    C’est tout de même étonnant le nombre d’auteurs français qui plantent de plus en plus souvent leur intrigue aux USA…

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s