Et au pire, on se mariera – Sophie Bienvenu

Ca a l’air de rien, comme ça, treize ans, pour toi qui en a genre… mille, mais pour moi, c’est comme… toute ma vie. C’est long, longtemps, toute une vie, même si c’est juste treize ans.

Les premiers mots

Ouais, Aïcha, c’est vraiment mon prénom.
À cause de la chanson, tu sais? Non, tu sais pas. Personne la connait, mais c’est pas grave. Je sais que j’ai plutôt la tête à m’appeler Rosalie ou Camille, mais je m’appelle Aicha. Aïcha Saint-Pierre.

Allez Aïcha, parle-nous. Raconte-nous ton histoire. Sans mensonges ni exagérations. En es-tu capable?
Ton monologue fait froid dans le dos avec ce langage un peu vulgaire, cette attitude qui dérange, ton amour interdit… Mais tu continues à nous parler, à moi, à eux…  à qui.. on ne le connaitra qu’à la fin, quand on sera retourné par ton histoire et que l’on t’aura quittée.

Vas-y, raconte.
Raconte les sentiments qui te déchirent le ventre, te poussent à des extrêmes d’une violence sans nom, te mettent dans des situations dramatiques.
Vas-y raconte.

Mais comment te croire? Tu parles, tu divagues, tu inventes... comment se sentir proche de toi? Mais on ne résiste pas. Je ne résiste pas. Je voudrais te dire que ce n’est pas ça aimer. En tout, pas comme tu crois l’aimer, lui. Baz.
Tu n’as pas envie d’écouter les adultes, je te comprends. Ceux qui t’entourent ne sont pas des plus fidèles et tu as du mal à leur faire confiance. Hakim, ton « père » est parti, ta mère travaille trop et tu te retrouves à errer dans la ville en compagnie de prostituées que tu considères comme des modèles.

Je ne peux pas te jeter la pierre. Mais j’aimerais tellement que tu ouvres les yeux sur le monde qui t’entoure et te dire que ce que tu as vécu… hé bien, ce n’est pas ça. Tu mérites, ou aurais mérité une autre vie, avec des personnes qui t’auraient vraiment aimée, à ta juste valeur.

Ton cœur qui continue de battre rien que pour te narguer, on dirait. Tu voudrais crever, ce serait reposant, mais non. Il continue de battre, ce salaud, et chaque battement t’épuise encore plus, c’est de la torture. Tu voudrais supplier, mais t’as personne à supplier.

Vas-y Aicha, dis-nous ce qu’il s’est passé. Pour que l’on comprenne, pour qu’on accepte. Continue ton monologue tranchant, écorché vif.

Sophie Bienvenu sur le blog: Chercher Sam.

– Et au pire, on se mariera de Sophie Bienvenu, Editions Notabilia, 2014, 120 pages –

17 réflexions sur “Et au pire, on se mariera – Sophie Bienvenu

  1. Laeti dit :

    Ton billet est superbe! te connaissant, je ne suis pas étonnée que ce roman t’ait plu vu le sujet (et encore, je ne l’ai pas lu!). Je pense l’avoir dans ma PAL – c’est grave, je ne sais même plus ce que j’ai!! Bisous

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s