Le pays des oubliés – Michael Farris Smith 

Des centaines de kilomètres plats. Des repaires d’esclaves et de soldats. Une terre d’oubliés couverte de cieux infinis.

Les premiers mots

Alors qu’il avait deux ans le garçon fut déposé à la porte des dons du bric-à-brac de l’Armée du Salut à Tunica, ne portant rien d’autre qu’une couche informe. Un sac à dos La Planète des singes rempli d’autres couches et de quelques tee-shirts, de chaussettes dépareillées et de soldats en plastique fut posé par terre à côté de lui.

Jack a eu ce qu’on peut appeler, un début de vie difficile. Abandonné par ses parents, il n’arrive pas à se poser chez les familles d’accueil. Mais un jour, c’est chez Maryann qu’il débarque. Une femme seule et qui l’élèvera comme son propre fils. Mais cet amour ne peut le sauver de ces démons intérieurs. Il trouvera le réconfort dans la boxe. S’ensuivra les coups, les corps blessés mais aussi les dettes de jeu, les addictions aux médicaments pour tenir durant les matchs.

Devenu adulte, Jack aura toujours cette dette éternelle envers celle qui l’a sauvé mais d’autres événements viendront ternir sa volonté de se ranger.

Il n’avait pas choisi d’être le fils de parents qui s’en fichaient. Il n’avait pas choisi d’être un enfant abandonné devant un bric-à-brac. Il n’avait pas choisi le vide.

A la lecture de ce livre, je comprends l’intérêt qu’il a suscité chez mes copines blogueuses. Des personnages lâchés par la vie, des mauvaises décisions, des destins brisés, des fêlures qui ne se ferment pas et puis parfois des rencontres qui sauvent, qui peuvent éclairer un chemin sombres et tortueux. Jack aura l’occasion de trouver une de ces lumières en la personne d’Annette. 

Ce genre d’histoires, je les aime, beaucoup. J’aime me prendre d’affection pour des personnages torturés et seuls. Je les trouve souvent attachants et ils m’émeuvent beaucoup. Malheureusement, ni Annette, ni Jack, ne m’ont fait cet effet-là. J’ai lu leurs histoires sans déplaisir mais sans réel frisson. Je ne sais pas ce qu’il m’a manqué pour être totalement embarquée dans cette histoire. Je reste sur ma faim et espère que la lecture de Nulle part sur la terre me fera changer d’avis sur cet auteur apprécié.

– Le pays des oubliés de Michael Farris Smith, Traduction par Fabrice Pointeau, Editions Sonatine, 2019, 256 pages – 

23 réflexions sur “Le pays des oubliés – Michael Farris Smith 

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s