Trois saisons d’orage– Cécile Coulon

Là-bas les corbeaux volent sur le dos pour ne pas voir la misère

Les premiers mots

La maison, ou ce qu’il en reste, surplombe la vallée; ses fenêtres, quatre grands yeux vides, veillent, à l’est du massif des Trois-Gueules.
Les Fontaines, ce village minuscule, tachent le paysage, morceau de craie dérivant au cœur d’une mer végétale et calcaire.

Ce récit aurait pu être écrit il y a cinquante ans, vingt-cinq ans, dix ans, tellement les thèmes sont intemporels. Les indices sur les périodes sont distillés à coup d’après-guerre et de mois de mai où les jeunes désirent plus de libertés, rien d’autre pour nous mettre sur la piste.

Au Fontaine, tout le monde se connait et il est alors difficile pour les nouveaux habitants de se trouver une place, ils doivent la mériter, se fondre dans un rôle qui ne peut pas être repris. C’est ce qu’a fait André, le seul médecin du village. Admiré et aimé, il surplombe la vallée dans sa grande demeure. Un jour, une fille rencontrée en ville vient lui rendre visite avec un invité surprise, un petit garçon , son fils… Un coup d’un soir qui changera sa vie. La suite, c’est l’histoire de Bénédict qui deviendra à son tour médecin et de sa femme, la belle Agnès. Une vie paisible, en somme, pendant une dizaine d’années, mais rien ne peut durer éternellement.

Je vous parle d’un endroit qui est mort mille fois avant mon arrivée, qui mourra mille fois encore après mon départ, d’un lieu humide et brumeux, couvert de terre, de pierre, d’eau et d’herbe. Je vous parle d’un endroit qui a vu des hommes suffoquer, des enfants naître, d’un lieu qui leur survivra, jusqu’à la fin, s’il y en a une.

Découvrir Cécile Coulon, enfin. Après les billets élogieux, après les billets en demi-teinte, les billets déçus, il fallait que je me fasse ma propre opinion et c’est grâce à Moka que les mots de son autrice favorite sont arrivés jusqu’à moi. Et je te rassure, je suis du côté des avis positifs.

L’écriture m’a directement séduite. J’ai lu que certains/certaines reprochaient à Cécile Coulon une certaine froideur mais je ne l’ai pas perçue comme ça. Pour moi, il y a beaucoup d’intelligence dans ce texte, pas de phrases en trop, une ambiance lourde qui dit bien les profondeurs des personnages.

Ces Trois saisons d’orage m’ont m’entraînée dans une histoire d’amour de haine, aussi féroce que belle, aussi fracassante que destructrice.

Le coup de cœur de Moka et le coup de dent de Marie-Claude.

– Trois saisons d’orage de Cécile Coulon, Editions Points, 2018, 288 pages – 

Publicités

14 réflexions sur “Trois saisons d’orage– Cécile Coulon

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s