Prix Elle – Sélection octobre

Hop, hop, je reviens sur la pointe des pieds après une quinzaine de jours d’absence avec mon avis sur la sélection du mois d’octobre pour le Prix Elle.

Mon avis se compose d’une belle surprise, d’un roman déjà apprécié et d’un documentaire intéressant.

La belle surprise

– Rivière tremblante de Andrée A. Michaud, Editions Rivages, Collection Rivages Noir, 2018, 250 pages –  Proposé dans la catégorie « policier », ce livre ne ressemble pas tout à fait à un policier ordinaire et c’est ce qui m’a plu. Ici l’accent est mis sur l’ambiance pesante qui règne au-dessus des deux personnages principaux, Marnie et Bill, qui à trente ans d’intervalles sont confrontés à la disparition d’êtres chers. Ils essaient tant bien que mal de survivre à cette absence douloureuse sans réelle emprise sur leur présent, revivant toujours dans le passé en étant englué dans leurs souvenirs.  Roman d’atmosphère qui m’a prise à la gorge et qui m’a serrée le coeur plusieurs fois même si quelques longueurs sont venues ternir ce « beau » tableau. Ne vous attendez pas à de grandes révélations, profitez plutôt de l’écriture d’Andrée A. Michaud qui arrive à planter magnifiquement son décor. 

Intéressant mais…

– Ici les femmes ne rêvent pas de Rana Ahmad, Editions Globe, 2018, 304 pages –  En proposant de raconter sa vie en Arabie Saoudite, Rana nous plonge dans son quotidien empli de privations et d’interdits dûe à sa condition de femme. Petit à petit elle nous livre son rapport à la religion de laquelle elle va se distancer de manière radicale jusqu’à devenir athée. Inutile de préciser que tourner le dos à la religion musulmane dans un pays où la Charia est appliquée est assez mal vu et surtout dangereux pour sa vie. Elle décide de fuir grâce à plusieurs aides reçues des forums qu’elle fréquente sur internet. Elle nous raconte alors son parcours pour arriver en Allemagne et le début de sa vie d’athée.  Si j’ai trouvé très intéressant le début où elle explique son enfance et sa relation avec son père adoré, j’ai pourtant trouvé cette partie un peu longue par rapport au sujet du documentaire, son athéisme. J’aurais voulu peut-être un peu moins de détails sur ses premiers âges pour qu’elle se concentre sur sa vie de « maintenant » et sur son rapport à la religion.  Malheureusement un autre point négatif est venu ternir mon intérêt: la pauvreté de la langue! C’est plat, sans style et assez répétitif. Dommage!

Déjà lu et apprécié

– La vraie vie d’Adeline Dieudonné, Editions de l’Iconoclaste, 2018, 270 pages – J’ai eu la chance de recevoir une seconde fois le roman d’Adeline Dieudonné. Si je ne l’ai pas relu en entier pour le prix, j’ai tout de même pris le temps  de le feuilleter à nouveau et de relire avec plaisir certaines parties.  Je le répète, ce roman, pour moi, n’est pas originale quant aux thèmes abordés, mais il trouve sa particularité dans l’écriture. 

Pour relire mon billet, c’est par ici.

Sélection de septembre.

On se retrouve pour les prochaines sélections?

Publicités

17 réflexions sur “Prix Elle – Sélection octobre

  1. fannydumanoirauxlivres dit :

    Ici les femmes ne rêvent pas est intéressant mais c’est vrai que le style laisse à désirer. A savoir que Rana Ahmad a écrit ce livre en allemand qui n’est pas sa langue natale, même si elle a eu de l’aide, je comprends donc d’où ce défaut vient.
    Je suis en train de lire La vraie, il me plait bien pour l’instant. Rivière tremblante sera ma prochaine lecture. Nous sommes gâtées avec ce prix!

    Aimé par 1 personne

  2. Marie-Claude dit :

    Tout d’abord, gros bravo pour ta participation au Prix Elle. Et… ravie de ce billet 3 en 1!

    Pour « La vraie vie », on est d’accord. Du déjà vu, certes, mais le style aide beaucoup à ce que l’intrigue tire bien son épingle du jeu. Pour un premier roman, c’était tout de même très bien!

    Pour Andrée A. Michaud, je n’ai lu que « Bondrée » et beaucoup apprécié. Elle est fort, je trouve, en création d’atmosphère Je me dis qu’il serait temps que je remette ça avec cette « Rivière tremblante ».

    Enfin, pour « Ici les femmes ne rêvent pas », j’étais intriguée, tant par le sujet que par le fait qu’il soit publié chez Globe (maison que j’apprécie de plus en plus). Mais la pauvreté de la langue risque fort de m’indisposer au point que le sujet cesse de m’interpeller. Bref, je passe sur ce coup.

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s