L’habitude des bêtes– Lise Tremblay

Dan avait été un accident de parcours, un vrai accident qui change la direction d’une vie.

Les premiers mots

Elle ne voulait pas avoir l’air d’une femme, ni d’une femme ni d’un homme. Tout ce qu’elle voulait, c’était être plate. Avec sa petite taille et ses cheveux courts, elle en était certaine, elle allait être plate et rien. Pour elle, rien, ça voulait dire sans sexe apparent. Ce n’était pas la première fois qu’elle me le disait.

La solitude lui procure un sentiment d’apaisement. Après une vie folle, emplie de richesses futiles, il aspire à ce petit bonheur d’être seul, avec son chien comme unique compagnon. Dan, ce chien qui l’a accompagné une bonne partie de cette nouvelle vie, loin de son ex-femme et de sa fille. Cela aurait pu encore continuer mais c’était sans compter la maladie de ce fidèle ami. Mais quelque chose d’autre se trame dans le village: des loups ont été aperçus et ont déjà attaqué des orignaux. Une chasse aux loups est organisée. Mais les clans sont divisés. Quand un gang veut les chasser, le garde-chasse veut tempérer les ardeurs. Les rancœurs anciennes remontent alors à la surface.

Je n’avais jamais eu de chien à moi. A la pourvoirie, les chiens, c’était l’affaire des guides. Je ne savais pas quoi faire, je ne pouvais pas le jeter sur la piste devant tout le monde. Le vol vers le sud avait été mouvementé. J’avais peur que le chiot vomisse ou pisse sur moi. Ce n’est pas arrivé. J’ai gardé Dan.

Les mots qui me viennent en tête à la fin de ce récit sont « rugueux », « sauvage », « solitude ». Voilà l’ambiance de ce roman où les hommes réagissent à l’instinct, où les mots sont parfois de trop, où la communication ne se passe que par les gestes, où la solitude est la maîtresse des lieux.
Un roman d’ambiance plus qu’un roman d’action. La vie de ces personnages nous apparaît délicate et surtout fragile.

Lise Tremblay, par son écriture proche de la concision, nous fait partager le quotidien de ces hommes et femmes. Pas de grandes envolées lyriques mais des phrases courtes qui disent tout.
L’habitude des bêtes est une plongée réussie dans une atmosphère lourde où la vie se confond avec la mort. Les personnages ont tous quelque chose de terriblement beau en eux. Tous ont une fêlure qu’ils essaient de combler. Chacun tente de trouver un sens à sa vie pour aborder le futur plus sereinement ou pour terminer une vie déjà bien remplie …

– L’habitude des bêtes de Lise Tremblay, Editions Delcourt, 2018, 128 pages – 

Publicités

24 réflexions sur “L’habitude des bêtes– Lise Tremblay

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s