Grâce – Delphine Bertholon

Ma mère avait toujours eu si peur de vieillir……J’ai grandi dans un monde peuplé de miroirs, dans lesquels ma solitude se démultipliait.

Les premiers mots 

Moje Kochanie,
Quand rentres-tu?
Je t’écris mais nulle part où envoyer, nulle part dans ton monde sans boîte aux lettres, tes voyages, le travail je sais bien mais ce soir, il faut que je te parle. Tout à l’heure, j’ai parlé dans mon lit, je t’ai parlé comme on parle à Dieu, mais ça ne marchait pas.

Noël 2010. Nathan, accompagné de ses jumeaux, rend visite à sa mère Grâce et à sa sœur Lise. Sensible, il pressent une mauvaise ambiance.

1981. Grâce commence un journal. Elle se sent seule, son mari est un commercial souvent sur les routes. En mal de lui, elle écrit sa solitude et son désamour pour la jeune baby-sitter venue l’aider.

Noël 2010. La tension est palpable dans cette maison qui regorge de non-dits et de silence. Frère et sœur se lancent des piques, tandis que la mère leur annonce une nouvelle qui va les assommer.

1981. Grâce n’en peut décidément plus de cette jeune fille aux formes trop parfaites. Elle regrette ses vingt ans et refuse de se voir vieillir.

Noël 2010. Des événements mystérieux se déroulent dans la maison. Des éclats de vitres, des couteaux, des objets qui disparaissent pour réapparaître plus tard.

Ce Noël 2010 révélera bien des souvenirs et sera l’occasion pour cette famille de faire face à son passé. 

Les maisons ne sont pas capables de « choses », les maisons ne se vengent pas de leurs habitants. Ce sont les gens qui se vengent.

Et si cette maison pouvait parler, que dirait-elle? Quel secret détient-elle encore? Que savent les occupants et leurs enfants…. Nathan ne s’imaginait pas que ce Noël perturberait à ce point sa vie déjà fracassée par le décès de sa jeune épouse.

Delphine Bertholon découverte avec son très beau Coeur-Naufrage, propose un roman aux saveurs « stephenkingiennes ». Si elle n’atteint pas le talent du maitre du suspens, elle a cette capacité à offrir un roman où la psychologie des personnages prend une place prépondérante. Grâce est une femme blessée qui n’hésite pas à écrire les choses les plus terribles sur son mari ou sur ses enfants dans son journal: de la jalousie au favoritisme, c’est toute sa vie qu’elle couche sur papier. Lise, la sœur, est complexe. Est-elle vraiment aussi froide qu’elle ne veut le laisser paraître? Et Nathan, rongé par l’absence de son épouse, espère reprendre son souffle pour pouvoir continuer à vivre. 

L’agitation grandit peu à peu et les révélations apparaissent au fur et à mesure pour qu’on comprenne toute la tragédie qui s’est jouée durant l’enfance de Nathan et de Lise.

Sans être complètement inoubliable, ce court roman a eu le mérite de me distraire tout en m’émouvant. Delphine Bertholon a le sens du suspens et sait maintenir son lecteur sous tension grâce aux allers-retours dans l’histoire de la famille.

– Grâce de Delphine Bertholon, Editions Livre de Poche, 2013, 312 pages – 

 

Publicités

6 réflexions sur “Grâce – Delphine Bertholon

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s