Les Fleurs d’hiver – Angélique Villeneuve

Elle ne se dit pas, il est là, elle se dit, c’est là. Cette chose inconnue qui lui vient. Ce qu’elle craignait, ce qu’elle désirait.

Les premiers mots

Elle n’entend rien. Ne pressent rien. Ça lui arrive d’un coup.
La petite est étendue sur le lit, elle fait la morte et Jeanne, à genoux, trempe le bord du torchon dans un fond d’eau, attrape un bras.

Rue de la Lune, deux corps se font face. Il y a Jeanne, l’épouse et Toussaint, son mari, une gueule cassée qui revient de quelques mois d’hospitalisation après avoir été blessé au front.
Ces deux corps se sont « manqués », l’absence laisse des traces et il est difficile  de renouer  avec des habitudes perdues. Surtout quand l’autre refuse toute communication. Toussaint se terre dans le silence, dans une solitude à laquelle Jeanne n’a pas d’accès. Elle reporte sa frustration sur sa petite fille qui souffre du retour de son père qui pour elle n’était jusqu’alors qu’une photographie.

Elle voudrait pouvoir approcher Toussaint, lever vers lui un visage clair, elle voudrait n’avoir qu’un seul sentiment et ne rien inventer, et puis voilà que tout s’embrouille , rien n’est comme elle a prévu et elle n’a rien prévu, pas voulu y penser, pas pu croire qu’un jour ça allait vraiment arriver

Dans une écriture poétique à la syntaxe particulière, Angélique Villeneuve aborde le couple et les dégâts provoqués par les retours de guerre et les blessures occasionnées. Jeanne et Toussaint si complices avant le départ deviennent des étrangers, deux âmes qui n’osent plus se toucher ni se frôler.

Les cicatrices mettent du temps à guérir et on sent l’impatience, justifiée, de Jeanne qui ne rêve que de retrouver le Toussaint qu’elle aimait. 
Mais Jeanne n’est pas la seule femme à souffrir et certaines n’ont pas la chance de voir revenir leurs époux ou leurs fils. Il ne reste parfois qu’à sombrer dans la folie pour tenter d’oublier l’absence. 

La prose est délicate et j’ai senti que chaque mot était pesé et soigneusement pensé. Ce livre est une entrée intimiste dans le cœur d’un homme et d’une femme. Une lecture sensible et émouvante qui puise dans un registre poétique et imagé. A aucun moment, nous avons de descriptions précises sur le visage abîmé de Toussaint, mais grâce aux phrasés particuliers d’Angélique Villeneuve, nous ressentons ce que Jeanne a éprouvé. 
C’est parfois difficile de mettre des mots sur un livre qui regorge de si beaux passages tant dans les phrases que dans les silences

Moka a beaucoup aimé aussi.

– Les Fleurs d’hiver d’Angélique Villeneuve, Editions Phébus, 2014, 160 pages – 

 

Publicités

16 réflexions sur “Les Fleurs d’hiver – Angélique Villeneuve

  1. Lili dit :

    Je l’ai découvert cet été. Comme toi, j’ai été très touchée par la poésie particulière, pudique, simple et émouvante du texte. Une très belle lecture qui m’a donné envie de dénicher d’autres romans de l’auteure 🙂

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s