Charlie – Stephen King

Ils arrivent, Papa « , murmura Charlie. Ses yeux étaient deux larges cercles de terreur.  » Ils viennent nous chercher. 

Les premiers mots

– Papa, je suis fatiguée! se plaignit la fillette en pantalon rouge et chemisier vert. On s’arrête?
– Pas encore, mon chou.
C’était un grand type large d’épaules qui portait une veste de velours élimée et un pantalon de toile marron. La fillette lui donnait la main et, ensemble, ils remontaient la Troisième Avenue en marchant vite, presque en courant. Il jeta un coup d’œil derrière lui. La voiture verte était toujours là, elle longeait lentement le trottoir.

Rien ne prédestinait Andie et Vicky à devenir fugitif. Rencontrés lors d’une participation à des expérimentations pour un laboratoire, les deux jeunes gens vont vite tomber amoureux. Mais les conséquences de cette expérience sont dramatiques: ils commencent à avoir des « pouvoirs » et leur fille unique, Charlie, est dotée de pyrokinésie. Elle peut déclencher un feu grâce à la force de son esprit.

Comment cette petite fille peut-elle vivre dans un monde où la moindre contrariété provoque des flammes? Embarqués dans une course folle, père et fille ne peuvent compter que sur l’un et l’autre pour survivre.

Son plus ancien souvenir : les visages des géants penchés sur elle, les voix comme des rochers roulants et une odeur de gaufre brûlée. L’odeur provenait de ses cheveux. Elle y avait mis le feu et presque tous avaient cramé.

Encore un Stephen King? Oui,King est devenu un peu mon auteur  « doudou »: quand je ne sais plus trop quoi lire, je me tourne vers lui et je suis convaincue de passer un bon moment.
C’est à nouveau une version vintage qui est à l’honneur (merci papa pour le prêt!) et quel plaisir de tourner ces pages un peu jaunies lues il y a plus de trente ans par mon père. Et si pour mon papa ce livre est un coup de coeur, je dois dire que mon avis est un peu moins enthousiaste.

Si j’ai adoré le personnage de Charlie et sa façon d’appréhender le monde, j’ai subi quelques longueurs. Comme toujours, Stephen King met un point d’honneur à fouiller la psychologie des personnages et les rendre humains. Andie est aussi un personnage qui m’a touchée. J’ai aimé sa force de caractère et ses faiblesses aussi. Tout tenter pour se sauver et sauver Charlie.

Ce qui m’a finalement déçue est l’ennui que j’ai ressenti durant certaines pages. Même si je comprenais le sens de décrire certaines actions, j’aurais voulu avoir le même rythme d’action pendant ces 400 pages.

Je crois aussi que ce livre a souffert de la comparaison avec Shining que j’avais beaucoup apprécié. Ici encore, on parle d’épouvante en première de couverture mais je vous assure qu’il n’en est rien.

Nul doute que je n’arrêterai pas là mon exploration de l’oeuvre du Grand King!

– Charlie de Stephen King, traduction  F. M. Lennox, Editions J’ai lu, 1986, 480 pages – 

Publicités

16 réflexions sur “ Charlie – Stephen King

  1. Sev dit :

    J’ai lu Charlie quand j’étais ado, et c’est un de mes meilleur souvenir de Stephen King. Je ne l’ai jamais relu. Je sais juste que j’ai adoré cette histoire, et surtout l’épilogue, quand elle va raconter son histoire à un « grand journal ».

    Aimé par 1 personne

  2. Laeti dit :

    Est-ce que tu comptes visionner les adaptations ciné des romans de King? Carrie, le summum 🙂

    Tu me donnes presque envie de me replonger dans un Stephen King, mon auteur chouchou de mon enfance (non, suis pas maso!).

    Je comprends la comparaison avec Shining, mais ce titre c’est quand même un must! et le film aussi!!

    J’adore ces versions vintage 🙂 je les piquais à ma grand-mère moi 😀

    Aimé par 1 personne

    • mespagesversicolores dit :

      J’ai vu la nouvelle version de Carrie (de 2013) une daube! Tu parles de la première version ou de celle-ci?
      Pour les adaptations, j’ai vu récemment « Ca » et j’ai flippé.. mais j’ai quand même bien envie de lire le livre! J’aimerais avoir un peu peur, ce qui n’est pas le cas avec Shining et Charlie.

      Mon père ne m’a pas encore prêté tous ses S.King, donc on risque de voir tourner quelques versions vintage par ici 🙂

      J'aime

  3. Marie-Claude dit :

    Ce qui me fascine le plus, avec King, c’est la façon qu’il a de fouiller ses personnages. Il est très fort. Je n’ai jamais lu « Charlie » et ce que tu en dis me tente plus ou moins. Des flammes?! 400 pages?!

    Je vais m’en tenir à « Carrie » et l’incroyable « Shining ».

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s