Les grandes marées– Jim Lynch

Les adultes sont toujours plus fascinés par ce que vous pouvez devenir que par ce que vous êtes.

Les premiers mots

Très tôt, j’ai compris que lorsque vous racontez aux gens ce que vous observez à marée basse, ils pensent que vous exagérez ou que vous mentez, alors qu’en fait vous essayez simplement d’expliquer des choses étranges et merveilleuses, aussi clairement que possible. Le plus souvent, je minimisais ce que je voyais, car je ne trouvais pas de mots assez forts, mais c’est la nature même du milieu marin qui veut ça, ainsi que les rivages où j’ai grandi.

Le monde marin fourmille de créatures aussi somptueuses qu’insolites.
Parfois, il arrive qu’elles apparaissent aux plus curieux d’entre nous. Et c’est ce qui arrive à Miles. Lors d’une de ses escapades sur la baie à marée basse, il fait une découverte étonnante qui attire les journalistes et autres scientifiques. Mais cet été réserve de drôles de surprises à ce jeune garçon, outre le fait qu’il devient une célébrité locale, il n’arrête pas de faire parler de lui avec d’autres trouvailles. Sa vie en est toute chamboulée.

Je pense que c’est plus facile d’ouvrir les yeux quand on est un enfant. On n’est jamais pressé d’aller quelque part, et on n’a pas ces longues listes de choses à faire, comme vous autres.

En voilà une belle surprise.
Attirée par cette sublime couverture et le résumé alléchant, je ne me suis pas posée de questions quant à savoir si je l’achetais ou non. Pourtant, je ne connaissais rien de cet auteur et je n’avais d’ailleurs jamais entendu parler de ce livre.

C’est avec grand plaisir que j’ai découvert ce Miles. Car ce n’est pas qu’une histoire de folle découverte, non, c’est aussi l’histoire d’un adolescent solitaire, avec un grand cœur, qui voit sa vie changer en un été. Son corps refuse de grandir, il ressemble toujours autant à un petit garçon, ses parents évoquent le divorce et son meilleur ami commence à être obsédé par les filles et sa sexualité naissante. Et ce pauvre Miles doit trouver sa place.

Jim Lynch allie à merveille tant les descriptions marines que les pensées de Miles teintées d’humour et de doux optimisme. Une belle lecture.

– Les grandes marées de Jim Lynch ( traduction Jean Esch), Editions Gallmeister, 2018, 288 pages –

 

Publicités

13 réflexions sur “ Les grandes marées– Jim Lynch

  1. Laeti dit :

    Tu as raison, ça me parle complètement cette histoire d’ado! Tu ne l’avais pas vu passer sur la page du Picabo River Book Club? Je trouve que pour le moment les Totem sont tous attrayants!! Il me tente beaucoup 🙂

    PS: très jolie photo 😉

    Aimé par 1 personne

  2. kathel dit :

    Si je comprends bien, tu préfères le monde marin à la montagne… si j’en crois ton commentaire sur Les huit montagnes. 😉
    Pour ma part, j’ai adoré aussi Les grandes marées, lu en VO il y a quelques années…

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s