Les huit montagnes – Paolo Cognetti 

Le passé est en aval, l’avenir est en amont. (…) Quel que soit notre destin, il habite les montagnes au-dessus de nos têtes.

Les premiers mots

Mon père avait une façon bien à lui d’aller en montagne. Peu versée dans la méditation et en bravade. Il montait sans économiser ses forces, toujours dans une course contre quelqu’un ou quelque chose, et quand le sentier tirait en longueur, il coupait par la ligne la plus verticale.

Le père de Pietro est un amoureux des montagnes, il l’emmène depuis sa petite enfance gravir ces monts qui exigent le silence et la concentration. 

Un été, les parents décident de louer une maison dans les alpages, loin du tumulte de Milan. Ce sera une aubaine pour Pietro, il rencontrera Bruno, un enfant du cru qui deviendra le compagnon fidèle de ses vacances. Ensemble, ils partent à la conquête des paysages enneigés et refont le monde. 

Des années plus tard, devenus adultes, leurs chemins parfois séparés, ils seront à nouveau réunis suite à un événement tragique.

L’été efface les souvenirs de la même façon qu’il fait fondre la neige, mais le glacier renferme la neige des hivers lointains, c’est un souvenir d’hiver qui refuse qu’on l’oublie. 

Avec une écriture lente et délicate, Paolo Cognetti propose une histoire de famille sensible. Le père de Pietro, homme dur et solitaire, n’abuse pas des sentiments et son fils semble en souffrir. Mais les témoignages d’amour ne sont pas nécessairement faits de mots et de gestes, ils peuvent passer par un héritage. C’est avec pudeur que ce père offre un cadeau inestimable à ce fils tant aimé. 
Cognetti dépeint des hommes en souffrance mais avec une volonté de se dépasser. Bruno est un homme à l’enfance douloureuse mais grâce à la famille de Pietro, il y trouve une famille aidante et aimante. 

A travers ces 300 pages, on se promène avec eux dans les alpages et les montagnes, sous des cieux bleus et les pieds dans la neige. Les paysages décrits avec beaucoup de tendresse nous emmènent à la rencontre d’hommes et de femmes attachants. 

Mais malgré toute cette douceur, je n’ai pas ressenti les grandes envolées poétiques qui étaient promises. J’ai trouvé le tout très simple et assez lent. J’ai été touchée par l’amitié de Pietro et de Bruno mais il m’a manqué de force pour que je sois embarquée dans les escapades de ces deux garçons.
Si les thèmes et l’écriture simple et sensible vous plaisent, ce livre pourrait vous séduire.

– Les huit montagnes de Paolo Cognetti, Editions Stock, 2017, 304 pages – 

Publicités

12 réflexions sur “ Les huit montagnes – Paolo Cognetti 

  1. Folavril dit :

    De lui j’ai lu Le garçon sauvage et j’ai été déçue, je m’attendais à davantage de force ou de poésie, comme toi pour celui-ci. Pas certaine de me jeter sur ces Huit montagnes du coup. Pas dans l’immédiat en tous cas 🙂

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s