Marx et la poupée– Maryam Madjidi

Rends-leur hommage. Raconte-les non pas avec une modestie feinte et une fierté cachée mais de l’intérieur Maryam, de l’intérieur. Laisse ta douleur s’exprimer.

Les premiers mots

Un homme est assis, seul, dans une cellule.
Il tient dans une main une pierre, dans l’autre une aiguille à coudre, . 
Il creuse la pierre avec la pointe de l’aiguille.
Il grave un nom.

Elle a eu trois naissances: une sur un fond de révolution, une autre en France et la dernière sur la terre de ses origines.
Maryam est née en Iran à l’heure de la révolution qui embrase le pays. Ses parents sont des activistes chevronnés mais leur combat communiste est de plus en plus difficile à mener. Sa mère et elle doivent rejoindre le père déjà parti en France. 
Commence alors une vie d’exilée, tiraillée entre ses parents et la volonté de devenir française, de ne plus être montrée du doigt, de devenir transparente.

Tout au long de ce récit, Maryam nous propose des séquences de sa vie un peu « plic-ploc », on la suit dans ses rêveries, dans sa vie d’adulte pour revenir à son enfance… Elle nous explique alors sa relation avec sa langue maternelle et sa langue d’adoption, comment garder ses racines quand on pousse autre part.
Maryam raconte avec beaucoup de talents les atrocités subies par les Iraniens restés au pays, elle raconte aussi la douleur d’être en France, de quitter son pays, la perte de ses repères et de la difficulté d’adaptation.

Alors il se passa quelque chose d’étrange: elle avala sa langue. Elle ferma les yeux et elle engloutit sa langue maternelle qui glissa au fond de son ventre, bien à l’abri, au fond d’elle, comme dans le coin le plus reculé d’une grotte.

Cette histoire joue sur plusieurs tableaux, du très concret comme l’exil, l’apprentissage du français, à des parties plus poétiques qui débutent par « Il était une fois » où Maryam se met en scène. C’est un récit très beau que ce court roman grâce aux qualités d’écriture de l’auteure.

J’y ai vu des ressemblances avec L’art de perdre (où on sent que l’écriture est plus aboutie) et je ne doute pas que les prochains romans de l’auteure gagneront en intensité.

Les avis de Delphine et de Laeti.

– Marx et la poupée de Maryam Madjidi, Editions Le Nouvel Attila, 2017, 208 pages –  

Publicités

18 réflexions sur “ Marx et la poupée– Maryam Madjidi

  1. Laeti dit :

    J’ai beaucoup beaucoup aimé ce roman, qui peut paraître « ovni » dans sa forme. Elle joue sur plusieurs tableaux. D’habitude ça m’ennuie mais elle a réussi à m’accrocher totalement. Les parties que j’ai le plus appréciées sont celles où elle dit son amour pour la langue. C’est très beau et elle promet de chouettes choses pour la suite.

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s