Présent? – Jeanne Benameur

Enseigner c’est être présent, c’est être vivant, c’est regarder les autres en face.

img_20161211_113655

Les premiers mots

Il y a toujours trop de monde dans les couloirs.
Couloirs. Couloirs. Du latin « colare »: couler, s’écouler. Dans les couloirs, les corps devraient s’écouler. Comme de l’eau. C’est l’étymologie.
On voudrait bien.

Glisser son corps au milieu des autres fluides. De face, impossible. Il faut biaiser. En avant! les épaules à l’égyptienne. Ca passe un peu. Et puis, tôt ou tard, la masse fait pression plus fort. Même de biais, on n’arrive plus. On a dû mal à respirer. C’est la dynamique du trop.
Dans les couloirs, on est réduit.

J’ai lu ce livre avant ma déconvenue avec « Règne animal » mais je ne voulais pas que ma dernière chronique de l’année soit une déception ;-)… et quel bonheur de retrouver les mots de Jeanne Benameur.

« Présent? » est un roman qui se passe en une seule journée: une journée de juin dans un collège où les professeurs et les délégués de classe vont participer au conseil d’orientation. Pour certains, tout se passera bien, pour d’autres, c’est moins sûr. 

De la directrice, au factotum, en passant par les professeurs, et les élèves, la journée est vue de différentes façons. Chaque chapitre décrit un des personnages sans les nommer, juste expliqués avec leur fonction. Comme si ça pouvait se passer dans n’importe quel collège. Petit à petit, on les découvre et les prénoms apparaissent, ils deviennent humains et uniques

Et combien y en a-t-il comme elle dans cette cour? Il aurait voulu en prendre certains aux épaules, leur dire Mais vous ne comprenez donc pas que votre seule chance, elle est là, à l’école? Allez-y! apprenez! Ouvrez grandes les oreilles, les yeux! On ne cessera pas de tenter de vous les fermer par la suite. Votre esprit, c’est ici qu’il peut prendre sa force. Ici où ça ne coûte encore rien! L’école gratuite, nom de Dieu, il faut en profiter!

Ces personnages décrivent avec beaucoup de justesse leurs angoisses, leurs rêves avortés d’un système éducatif idéalisé, leurs peurs mais aussi leurs espoirs et leurs combats. J’ai été touchée par trois destins: celui de la professeur de SVT (très proche du mien) « Si on lui disait Demain tu ne verras plus d’élèves, tu gagneras ta vie autrement, elle se sentirait libre et joyeuse à nouveau. Elle aurait à nouveau envie de tout. »

Celui du professeur de lettres qui ne renonce pas. « Ce n’est plus le prof. Ce n’est plus la salle de classe et les copains, pour une fois, on s’en fout. On est loin. La lecture les sépare et les réunit. . Chacun est seul avec les mots. C’est la solitude précieuse de la lecture. »

Et celui de la documentaliste qui offre une bulle d’espoir à tous les élèves. « Créer une zone protégée au milieu d’un collège, c’est une gageure. La documentaliste a choisi de porter ce défi haut et loin. Elle lutte. C’est difficile de faire reconnaître cet espace, le sien. »

Cette histoire a remué beaucoup de choses. Des souvenirs d’élève, oui, mais aussi des souvenirs de moi, en tant que jeune prof, il y a quelques années. En arrivant dans une école, la première fois, on est tout fier de pouvoir se dire « moi je vais révolutionner les choses ». Et puis on est vite pris dans l’engrenage du système. J’ai été blessée et blasée par lui. Je n’y retournerai pas et je connais mes raisons. Mais à la lecture de ce bouquin, je pense à ceux qui se battent pour les élèves, ceux qui n’ont pas lâché et qui y croient encore. 

Ne soyons pas raisonnable. Surtout pas. Quand il s’agit de choisir pour quoi on va se lever chaque matin, il ne faut pas être raisonnable, il faut être un vrai rêveur de sa vie.

– Présent? de Jeanne Benameur, Editions Denoël, Collection Folio, 2006, 238 pages- 

Ce livre rentre dans la catégorie « Un livre dont l’intrigue se passe dans un lieu public » du Challenge littéraire 2016 de Mille vies en une.


On se retrouve demain pour mes bilans de l’année 2016.

Publicités

10 réflexions sur “Présent? – Jeanne Benameur

  1. Eva dit :

    J’ai lu deux romans de Jeanne Benameur, je n’ai pas accroché au premier (Profanes, pourtant largement encensé) et j’ai beaucoup aimé le deuxième (Otages Intimes – qui aborde le thème de l’enlèvement comme dans le dernier Guy Delisle que tu as chroniqué récemment)
    Le thème de celui-ci m’intéresse beaucoup, et si tu t’es retrouvée dans ces pages, c’est qu’il doit être réaliste en plus d’être bien écrit – deux bonnes raisons de le lire ! b

    Aimé par 1 personne

    • mespagesversicolores dit :

      J’ai chroniqué « Otages intimes » et il fait partie de mes coups de coeur ( billet qui sort demain)

      Pour Profanes, je me le suis offert..De tous les livres lus de Benameur ( quelques uns quand même) je n’ai pas été déçue! On verra!

      Pour celui-ci il m’a beaucoup touchée !

      J'aime

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s